Making God and Giving Him Life – in Kabbalah and other Theurgic Conceptions


« Mains de bénédiction »

God needs men, even more than men need God.

The theurgic, creative power of men has always manifested itself through the ages.

Religious anthropology bears witness to this.

« No doubt, without the Gods, men could not live. But on the other hand, the Gods would die if they were not worshipped (…) What the worshipper really gives to his God is not the food he puts on the altar, nor the blood that flows from his veins: that is his thought. Between the deity and his worshippers there is an exchange of good offices which condition each other. »i

The Vedic sacrifice is one of the most ancient human rite from which derives the essence of Prajāpati, the supreme God, the Creator of the worlds.

« There are rites without gods, and there are rites from which gods derive ».ii

Unexpectingly, Charles Mopsik, in his study of the Jewish kabbalah, subtitled The Rites that Make God, affirms the « flagrant similarity » of these ancient theurgical beliefs with the Jewish motif of the creative power of the rite.

Mopsik readily admits that « the existence of a theme in Judaism, according to which man must ‘make God’, may seem incredible.»iii

Examples of Jewish kabbalistic theurgy abound, involving, for example, man’s ‘shaping’ of God, or his participation in the ‘creation’ of the Name or the Shabbath. Mopsik evokes a midrash quoted by R. Bahya ben Acher, according to which « the man who keeps the Shabbath from below, ‘it is as if he were doing it from above’, in other words ‘gave existence’, ‘fashioned the Sabbath from above. »iv

The expression ‘to make God’, which Charles Mopsik uses in the subtitle of his book, can be compared to the expression ‘to make the Shabbath’ (in the sense of ‘to create the Shabbath’) as it is curiously expressed in the Torah (« The sons of Israel will keep the Shabbath to make the Shabbath » (Ex 31,16)), as well as in the Clementine Homilies, a Judeo-Christian text that presents God as the Shabbath par excellencev, which implies that ‘to make the Shabbath’ is ‘to make God’…

Since its very ancient ‘magical’ origins, theurgy implies a direct relationship between ‘saying’ and ‘doing’ or ‘making’. The Kabbalah takes up this idea, and develops it:

« You must know that the commandment is a light, and he who does it below affirms (ma’amid) and does (‘osseh) that which is above. Therefore, when man practices a commandment, that commandment is light.»vi

In this quotation, the word ‘light’ is to be understood as an allusive way of saying ‘God’, comments Mopsik, who adds: « Observances have a sui generis efficacy and shape the God of the man who puts them into practice.»

Many other rabbis, such as Moses de Leon (the author of the Zohar), Joseph Gikatila, Joseph of Hamadan, Méir ibn Gabbay, or Joseph Caro, affirm the power of « the theurgic instituting action » or « theo-poietic ».

The Zohar explains :

« ‘If you follow my ordinances, if you keep my commandments, when you do them, etc.' ». (Lev 26:3) What does ‘When you do them’ mean? Since the text already says, « If you follow and keep, » what is the meaning of « When you do them »? Verily, whoever does the commandments of the Torah and walks in its ways, so to speak, it is as if he makes Him on high (‘avyd leyh le’ila), the Holy One blessed be He who says, ‘It is as if he makes Me’ (‘assa-ny). In this connection Rabbi Simeon said, ‘David made the Name’. » vii

« David made the Name » ! This is yet another theurgical expression, and not the least, since the Name, the Holy Name, is in reality God Himself !

‘Making God’, ‘Making the Shabbath’, ‘Making the Name’, all these theurgic expressions are equivalent, and the authors of the Kabbalah adopt them alternately.

From a critical point of view, it remains to be seen whether the kabbalistic interpretations of these theurgies are in any case semantically and grammatically acceptable. It also remains to be ascertained whether they are not rather the result of deliberately tendentious readings, purposefully diverting the obvious meaning of the Texts. But even if this were precisely the case, there would still remain the stubborn, inescapable fact that the Jewish Kabbalists wanted to find the theurgic idea in the Torah .

Given the importance of what is at stake, it is worth delving deeper into the meaning of the expression « Making the Name », and the way in which the Kabbalists understood it, – and then commented on it again and again over the centuries …

The original occurrence of this particular expression is found in the second book of Samuel (II Sam 8,13). It is a particularly warlike verse, whose usual translation gives a factual, neutral interpretation, very far in truth from the theurgic interpretation:

« When he returned from defeating Syria, David again made a name for himself by defeating eighteen thousand men in the Valley of Salt. »

David « made a name for himself », i.e. a « reputation », a « glory », in the usual sense of the word שֵׁם, chem.

The massoretic text of this verse gives :

וַיַּעַשׂ דָּוִד, שֵׁם

Va ya’ass Daoud shem

« To make a name for oneself, a reputation » seems to be the correct translation, in the context of a warlord’s glorious victory. Biblical Hebrew dictionaries confirm that this meaning is widespread.

Yet this was not the interpretation chosen by the Kabbalists.

They prefer to read: « David made the Name« , i.e. « made God« , as Rabbi Simeon says, quoted by the Zohar.

In this context, Charles Mopsik proposes a perfectly extraordinary interpretation of the expression « making God ». This interpretation (taken from the Zohar) is that « to make God » is equivalent to the fact that God constitutes His divine fullness by conjugating (in the original sense of the word!) « His masculine and feminine dimensions ».

If we follow Mopsik, « making God » for the Zohar would be the equivalent of « making love » for both male and female parts of God?

More precisely, as we will see, it would be the idea of YHVH’s loving encounter with His alter ego, Adonaï?

A brilliant idea, – or an absolute scandal (from the point of view of Jewish ‘monotheism’)?

Here’s how Charles Mopsik puts it:

« The ‘Holy Name’ is defined as the close union of the two polar powers of the divine pleroma, masculine and feminine: the sefira Tiferet (Beauty) and the sefira Malkhut (Royalty), to which the words Law and Right refer (…) The theo-poietic action is accomplished through the unifying action of the practice of the commandments that cause the junction of the sefirot Tiferet and Malkhut, the Male and Female from Above. These are thus united ‘one to the other’, the ‘Holy Name’ which represents the integrity of the divine pleroma in its two great poles YHVH (the sefira Tiferet) and Adonay (the sefira Malkhut). For the Zohar, ‘To make God’ therefore means to constitute the divine fullness [or pleroma] by uniting its masculine and feminine dimensions. » viii

In another passage of the Zohar, it is the (loving) conjunction of God with the Shekhina, which is proposed as an equivalence or ‘explanation’ of the expressions « making God » or « making the Name »:

« Rabbi Judah reports a verse: ‘It is time to act for YHVH, they have violated the Torah’ (Ps.119,126). What does ‘the time to act for YHVH’ mean? (…) ‘Time’ refers to the Community of Israel (the Shekhinah), as it is said: ‘He does not enter the sanctuary at all times’ (Lev 16:2). Why [is it called] ‘time’? Because there is a ‘time’ and a moment for all things, to draw near, to be enlightened, to unite as it should be, as it is written: ‘And I pray to you, YHVH, the favourable time’ (Ps 69:14), ‘to act for YHVH’ [‘to make YHVH’] as it is written: ‘David made the Name’ (II Sam 8:13), for whoever devotes himself to the Torah, it is as if he were making and repairing the ‘Time’ [the Shekhinah], to join him to the Holy One blessed be He. » ix

After « making God », « making YHVH », « making the Name », here is another theurgical form: « making Time », that is to say « bringing together » the Holy One blessed be He and the Shekhina…

A midrach quoted by R. Abraham ben Ḥananel de Esquira teaches this word attributed to God Himself: « Whoever fulfills My commandments, I count him as if they had made Me. » x

Mopsik notes here that the meaning of the word ‘theurgy’ as ‘production of the divine’, as given for example in the Liturgy, may therefore mean ‘procreation’, as a model for all the works that are supposed to ‘make God’. xi

This idea is confirmed by the famous Rabbi Menahem Recanati: « The Name has commanded each one of us to write a book of the Torah for himself; the hidden secret is this: it is as if he is making the Name, blessed be He, and all the Torah is the names of the Saint, blessed be He. » xii

In another text, Rabbi Recanati brings together the two formulations ‘to make YHVH’ and ‘to make Me’: « Our masters have said, ‘Whoever does My commandments, I will count him worthy as if he were making Me,’ as it is written, ‘It is time to make YHVH’ (Ps 119:126)xiii.

One can see it, tirelessly, century after century, the rabbis report and repeat the same verse of the psalms, interpreted in a very specific way, relying blindly on its ‘authority’ to dare to formulate dizzying speculations… like the idea of the ‘procreation’ of the divinity, or of its ‘begetting’, in itself and by itself….

The kabbalistic image of ‘procreation’ is actually used by the Zohar to translate the relationship of the Shekhina with the divine pleroma:

« ‘Noah built an altar’ (Gen 8:20). What does ‘Noah built’ mean? In truth, Noah is the righteous man. He ‘built an altar’, that is the Shekhina. His edification (binyam) is a son (ben) who is the Central Column. » xiv

Mopsik specifies that the ‘righteous’ is « the equivalent of the sefira Yessod (the Foundation) represented by the male sexual organ. Acting as ‘righteous’, the man assumes a function in sympathy with that of this divine emanation, which connects the male and female dimensions of the sefirot, allowing him to ‘build’ the Shekhina identified at the altar. » xv

In this Genesis verse, we see that the Zohar reads the presence of the Shekhina, represented by the altar of sacrifice, and embodying the feminine part of the divine, and we see that the Zohar also reads the act of « edifying » her, symbolized by the Central Column, that is to say by the ‘Foundation’, or the Yessod, which in the Kabbalah has as its image the male sexual organ, and which thus incarnates the male part of the divine, and bears the name of ‘son’ [of God]…

How can we understand these allusive images? To say it without a veil, the kabbalah does not hesitate to represent here (in a cryptic way) a quasi-marital scene where God ‘gets closer’ to His Queen to love her…

And it is up to ‘Israel’ to ensure the smooth running of this loving encounter, as the following passage indicates:

 » ‘They will make me a sanctuary and I will dwell among you’ (Ex 25:8) (…) The Holy One blessed be He asked Israel to bring the Queen called ‘Sanctuary’ to Him (…) For it is written: ‘You shall bring a fire (ichêh, a fire = ichah, a woman) to YHVH’ (Lev 23:8). Therefore it is written, ‘They will make me a sanctuary and I will dwell among you’. » xvi

Let’s take an interested look at the verse: « You will approach a fire from YHVH » (Lev 33:8).

The Hebrew text gives :

וְהִקְרַבְתֶּם אִשֶּׁה לַיהוָה

Ve-hiqravttêm ichêh la-YHVH

The word אִשֶּׁה , ichêh, means ‘fire’, but in a very slightly different vocalization, ichah, this same word means ‘woman’. As for the verb ‘to approach’, its root is קרב, qaraba, « to be near, to approach, to move towards » and in the hiphil form, « to present, to offer, to sacrifice ». Interestingly, and even disturbingly, the noun qorban, ‘sacrifice, oblation, gift’ that derives from it, is almost identical to the noun qerben which means ‘womb, entrails, breast’ (of the woman).

One could propose the following equations (or analogies), which the Hebrew language either shows or implies allusively:

Fire = Woman

Approaching = Sacrifice = Entrails (of the woman)

‘Approaching the altar’ = ‘Approaching a woman’ (Do we need to recall here that, in the Hebrew Bible, « to approach a woman » is a euphemism for « making love »?)

The imagination of the Kabbalists does not hesitate to evoke together (in an almost subliminal way) the ‘sacrifice’, the ‘entrails’, the ‘fire’ and the ‘woman’ and to bring them formally ‘closer’ to the Most Holy Name: YHVH.

It should be noted, however, that the Kabbalists’ audacity is only relative here, since the Song of Songs had, long before the Kabbalah, dared to take on even more burning images.

In the thinking of the Kabbalists, the expression « to make God » is understood as the result of a « union » of the masculine and feminine dimensions of the divine.

In this allegory, the sefira Yessod connects God and the Community of believers just as the male organ connects the male body to the female body. xvii

Rabbi Matthias Delacroute (Poland, 16th century) comments:

« ‘Time to make YHVH’ (Ps 119:126). Explanation: The Shekhinah called ‘Time’ is to be made by joining her to YHVH after she has been separated from Him because one has broken the rules and transgressed the Law. » xviii

For his part, Rabbi Joseph Caro (1488-1575) understood the same verse as follows: « To join the upper pleroma, masculine and divine, with the lower pleroma, feminine and archangelical, must be the aim of those who practice the commandments (…) The lower pleroma is the Shekhinah, also called the Community of Israel ». xix

It is a question of magnifying the role of the Community of Israel, or that of each individual believer, in the ‘divine work’, in its ‘reparation’, in its increase in ‘power’ or even in its ‘begetting’….

Rabbi Hayim Vital, a contemporary of Joseph Caro, comments on a verse from Isaiah and relates it to another verse from the Psalms in a way that has been judged « extravagant » by literalist exegetesxx.

Isaiah’s verse (Is 49:4) reads, according to R. Hayim Vital: « My work is my God », and he compares it with Psalm 68: « Give power to God » (Ps 68:35), of which he gives the following comment: « My work was my God Himself, God whom I worked, whom I made, whom I repaired ».

Note that this verse (Is 49:4) is usually translated as follows: « My reward is with my God » (ou-féoulati êt Adonaï).

Mopsik comments: « It is not ‘God’ who is the object of the believer’s work, or action, but ‘my God’, that God who is ‘mine’, with whom I have a personal relationship, and in whom I have faith, and who is ‘my’ work. »

And he concludes that this ‘God who is made’, who is ‘worked’, is in reality ‘the feminine aspect of the divinity’.

The Gaon Elijah of Vilna proposed yet another way of understanding and designating the two ‘masculine’ and ‘feminine’ aspects of the Deity, calling them respectively ‘expansive aspect’ and ‘receiving aspect’:

« The expansive aspect is called havayah (being) [i.e. HVYH, anagram of YHVH…], the receiving aspect of the glorification coming from us is called ‘His Name’. In the measure of Israel’s attachment to God, praising and glorifying Him, the Shekhinah receives the Good of the expanding aspect. (…) The Totality of the offices, praise and glorification, that is called Shekhinah, which is His Name. Indeed, ‘name’ means ‘public renown’ and ‘celebration’ of His Glory, the perception of His Greatness. (…) This is the secret of ‘YHVH is one, and His Name is one’ (Zac 14:9). YHVH is one’ refers to the expansion of His will. ‘His Name is one’ designates the receiving aspect of His praise and attachment. This is the unification of the recitation of the Shemaxxi

According to the Gaon of Vilna, the feminine dimension of God, the Shekhina, is the passive dimension of the manifested God, a dimension that is nourished by the Totality of the praises and glorifications of the believers. The masculine dimension of God is Havayah, the Being.

Charles Mopsik’s presentation on the theurgical interpretations of the Jewish Kabbalah (‘Making God’) does not neglect to recognize that these interpretations are in fact part of a universal history of the religious fact, particularly rich in comparable experiences, especially in the diverse world of ‘paganism’. It is thus necessary to recognize the existence of « homologies that are difficult to dispute between the theurgic conceptions of Hellenized Egyptian hermeticism, late Greco-Roman Neoplatonism, Sufi theology, Neoplatonism and Jewish mystagogy. » xxii

Said in direct terms, this amounts to noting that since the dawn of time, there has been among all ‘pagan’ people this idea that the existence of God depends on men, at least to a certain degree.

It is also striking that ideas seemingly quite foreign to the Jewish religion, such as the idea of a Trinitarian conception of God (notoriously associated with Christianity) has in fact been enunciated in a similar way by some high-flying cabbalists.

Thus the famous Rabbi Moses Hayim Luzzatto had this formula surprisingly comparable (or if one prefers: ‘isomorphic’) to the Trinitarian formula:

« The Holy One, Blessed be He, the Torah and Israel are one. »

But it should also be recalled that this kind of « kabbalistic » conception has attracted virulent criticism within conservative Judaism, criticism which extends to the entire Jewish Kabbalah. Mopsik cites in this connection the outraged reactions of such personalities as Rabbi Elie del Medigo (c. 1460- 1493) or Rabbi Judah Arie of Modena (17th century), and those of equally critical contemporaries such as Gershom Scholem or Martin Buber…

We will not enter into this debate. We prefer here to try to perceive in the theurgic conceptions we have just outlined the clue of an anthropological constant, an archetype, a kind of universal intuition proper to the profound nature of the human spirit.

It is necessary to pay tribute to the revolutionary effort of the Kabbalists, who have shaken with all their might the narrow frames of old and fixed conceptions, in an attempt to answer ever-renewed questions about the essence of the relationship between divinity, the world and humanity, the theos, the cosmos and the anthropos.

This titanic intellectual effort of the Jewish Kabbalah is, moreover, comparable in intensity, it seems to me, to similar efforts made in other religions (such as those of a Thomas Aquinas within the framework of Christianity, around the same period, or those of the great Vedic thinkers, as witnessed by the profound Brahmanas, two millennia before our era).

From the powerful effort of the Kabbalah emerges a specifically Jewish idea of universal value:

« The revealed God is the result of the Law, rather than the origin of the Law. This God is not posed at the Beginning, but proceeds from an interaction between the superabundant flow emanating from the Infinite and the active presence of Man. » xxiii

In a very concise and perhaps more relevant way: « You can’t really know God without acting on Him, » also says Mopsik.

Unlike Gershom Scholem or Martin Buber, who have classified the Kabbalah as « magic » in order to disdain it at its core, Charles Mopsik clearly perceives that it is one of the signs of the infinite richness of human potential in its relationship with the divine. We must pay homage to him for his very broad anthropological vision of the phenomena linked to divine revelation, in all eras and throughout the world.

The spirit blows where it wants. Since the dawn of time, i.e. for tens of thousands of years (the caves of Lascaux or Chauvet bear witness to this), many human minds have tried to explore the unspeakable, without preconceived ideas, and against all a priori constraints.

Closer to us, in the 9th century AD, in Ireland, John Scot Erigenes wrote:

« Because in all that is, the divine nature appears, while by itself it is invisible, it is not incongruous to say that it is made. » xxiv

Two centuries later, the Sufi Ibn Arabi, born in Murcia, died in Damascus, cried out: « If He gave us life and existence through His being, I also give Him life, knowing Him in my heart.» xxv

Theurgy is a timeless idea, with unimaginable implications, and today, unfortunately, this profound idea seems almost incomprehensible in our almost completely de-divinized world.

___________________

iE. Durckheim. Elementary forms of religious life. PUF, 1990, p.494-495

iiE. Durckheim. Elementary forms of religious life. PUF, 1990, p. 49

iiiCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.551

ivIbid.

vClementine Homilies, cf. Homily XVII. Verdier 1991, p.324

viR. Ezra de Girona. Liqouté Chikhehah ou-féah. Ferrara, 1556, fol 17b-18a, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.558

viiZohar III 113a

viiiCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.561-563.

ixZohar, I, 116b, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.568

xR. Abraham ben Ḥananel de Esquira. Sefer Yessod ‘Olam. Ms Moscow-Günzburg 607 Fol 69b, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.589

xiSee Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.591

xiiR. Menahem Recanati. Perouch ‘al ha-Torah. Jerusalem, 1971, fol 23b-c, quoted in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.591

xiiiR. Menahem Recanati. Sefer Ta’amé ha-Mitsvot. London 1962 p.47, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.591

xivZohar Hadach, Tiqounim Hadachim. Ed. Margaliot. Jerusalem, 1978, fol 117c quoted in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.591

xvCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.593

xviR. Joseph de Hamadan. Sefer Tashak. Ed J. Zwelling U.M.I. 1975, p.454-455, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p.593

xviiSee Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 604

xviiiR. Matthias Délacroute. Commentary on the Cha’aré Orah. Fol 19b note 3. Quoted in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 604

xixCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 604

xxIbid.

xxiGaon Elijah of Vilna. Liqouté ha-Gra. Tefilat Chaharit, Sidour ha-Gra, Jerusalem 1971 p.89, cited in Charles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites which make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 610

xxiiCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 630

xxiiiCharles Mopsik. The great texts of the cabal. The rites that make God. Ed. Verdier. Lagrasse, 1993, p. 639

xxivJean Scot Erigène. De Divisione Naturae. I,453-454B, quoted by Ch. Mopsik, Ibid. p.627

xxvQuoted by H. Corbin. The creative imagination

Les dangers du christianisme et les dangers du judaïsme


Né en 1886 dans une famille juive assimilée, Franz Rosenzweig décide, dans les années 1910, de se convertir au christianisme, après de nombreux débats avec des cousins, Hans et Rudolf Ehrenberg, qui s’étaient déjà convertis, ainsi qu’avec son ami Eugen Rosenstock, lui aussi juif converti. Mais il y renonce après avoir assisté à l’office de Yom Kippour dans une synagogue de Berlin, en 1913.

Peu après, il écrit dans les tranchées de la 1ère Guerre mondiale son œuvre maîtresse, L’étoile de la Rédemption, qui offre une sorte de mise en parallèle du judaïsme et du christianisme.

Des parallèles qui ne se rejoignent pas, sauf peut-être à la fin des Temps. Je trouve son essai significatif d’une double distance, d’une scission constitutive, dont il est difficile de voir l’issue, sauf à changer totalement de paradigme, – ce qui serait peut-être le véritable enjeu, dans quelque futur.

Rosenzweig affirme que le christianisme affronte trois « dangers » qu’il « ne dépassera jamais ». Ces « dangers » sont essentiellement d’ordre conceptuel : « la spiritualisation du concept de Dieu, l’apothéose accordée au concept de l’homme, la panthéisation du concept de monde ».i

Le concept chrétien de Dieu, le concept chrétien de l’homme, le concept chrétien du monde, sont fautifs et dangereux, selon Rosenzweig, parce qu’ils impliquent une atteinte à la transcendance absolue de Dieu, à laquelle le judaïsme est supposé être fondamentalement attaché.

La charge est lourde, mais nette, – et triple.

« Que l’Esprit soit en toutes choses le guide, et non pas Dieu ; que le Fils de l’Homme, et non pas Dieu, soit la Vérité ; que Dieu soit un jour en tous et non point au-dessus de tout ; voilà les dangers. »ii Dieu. Dieu. Dieu.

Rosenzweig ne peut accepter que le Dieu absolument transcendant du judaïsme puisse être représenté par son « Esprit » , fût-il « saint ». Pourquoi ? Dieu n’est-il pas Son propre Esprit ?

Non. La transcendance de Dieu est sans doute si absolue que l’usage du mot « esprit » est encore trop anthropomorphique dans ce contexte. Du point de vue du judaïsme, tel qu’interprété par Rosenzweig, employer le mot « esprit » comme hypostase de Dieu est attentatoire à son absolue transcendance. Dieu n’est-il pas nommé dans la Torah le « Dieu des esprits »  (Nb 16,22), parce qu’Il en est le Créateur ? L’esprit en tant qu’il est créé par Dieu, pourrait-il être dès lors une « substance » que le Dieu et l’homme auraient alors en commun ? Non. Ceci n’est pas acceptable. Le principe même de la transcendance absolue de Dieu exclut toute idée de communauté de substance entre le divin et l’humain, fût-ce celle de l’« esprit ».

Rosenzweig ne peut accepter non plus que le Dieu absolument transcendant du judaïsme puisse se faire représenter ici-bas par un « Fils », ou horresco referens, puisse s’abaisser à l’humiliation, en consentant à une « incarnation » humaine, à qui il déléguerait de plus, ipso facto, le soin et le privilège de révéler sa « Vérité » aux hommes.

Enfin, et a fortiori, Rosenzweig ne peut évidemment accepter que le Dieu absolument transcendant du judaïsme puisse condescendre à quelque immanence que ce soit, et en particulier en venant dans le « monde », pour y demeurer « en tous ».

Le judaïsme ne transigera pas. Jamais. Transcendance absolument absolue du Dieu, infiniment au-delà de l’esprit, infiniment au-delà de l’humain, infiniment au-delà du monde.

Transcendance infiniment absolue du Dieu Créateur, transcendance infinie de sa Révélation, et transcendance infinie, enfin, de la Rédemption.

Oui, mais.

De quoi parle-t-on alors dans les Écritures? Sur quoi s’exercent les commentaires ? Sur quoi s’appliquent les esprits enclins à l’étude ?

Notons-le bien, l’attaque de Rosenzweig contre le christianisme porte sur les « concepts » que ce dernier est censé employer,.

Mais qu’est-ce qu’un concept ?

C’est une tentative positive de l’esprit humain de saisir l’essence de quelque chose. Or le dogme de l’absolue transcendance de Dieu exclut d’emblée toute tentative, quelle qu’elle soit, de le « conceptualiser », que ce soit à travers des noms, des attributs ou des manifestations.

La seule conceptualisation acceptable est le concept de l’impossibilité de toute conceptualisation. Théologie absolument négative donc, rigoureusement et infiniment apophatique.

Mais alors la révélation de son Nom, faite à Moïse par Dieu Lui-même? Quid des théophanies, dont la Bible n’est pas exempte ? Et les dialogues de Dieu avec les Prophètes ? Ou dans un autre ordre d’idées, l’octroi d’une Alliance entre Dieu et son Peuple? Quid de l’errance de la Shekhina dans ce monde, et de sa « souffrance » ? Ou, à un autre niveau encore, comment comprendre l’idée que les cieux et la terre sont une « création » de Dieu, avec tout ce que cela comporte de responsabilité sur le contenu de leur avenir, et les implications de leurs puissances ? Ne sont-ce pas là autant d’exceptions notables, par le biais de la parole ou par celui de l’esprit, quant à l’idée même de transcendance absolue, radicale, de Dieu? Ne sont-ce pas en effet autant de liaisons, d’interactions consenties entre Dieu Lui-même et tout ce qui est pourtant si infiniment en-dessous, en deçà de Lui, tout ce qui est si infiniment rien?

Ces questions ne sont pas traitées par Rosenzweig. Ce qui lui importe, c’est de reprocher au christianisme de « s’extérioriser dans le Tout », de « disperser ses rayons » lors de la marche dans le temps, avec la spiritualisation [du concept de Dieu], la divinisation [du concept de l’homme] et la mondanisation [de la transcendance].

Mais les reproches de Rosenzweig ne s’arrêtent pas là. Pour faire bonne mesure, il critique aussi les « dangers » propres au judaïsme.

Là où le christianisme pèche en « dispersant », en « extériorisant » l’idée de Dieu, le judaïsme pèche au contraire par le « rétrécissement », par l’enfermement dans « l’étriqué », par le refuge dans « un étroit chez-soi »iii. En résumé : « Le Créateur s’est rétréci au créateur du monde juif, la Révélation a seulement eu lieu dans le cœur juif. »iv

Ces « dangers juifs », voilà comment Franz Rosenzweig les analyse:

« C’est ainsi qu’au plus profond de ce sentiment juif, toute scission, tout ce qui englobe au-dedans la vie juive, est devenu fort étriqué et fort simple. Trop simple et trop étriqué, voilà ce qu’il faudrait dire, et dans cette étroitesse, il faudrait éventer autant de dangers que dans la dilatation chrétienne. Là, c’est le concept de Dieu qui était en péril : chez nous, c’est son Monde et son Homme qui paraissent en danger (…) Le judaïsme qui se consume au-dedans court le risque de rassembler sa chaleur en son propre sein, loin de la réalité païenne du monde. Dans le christianisme, les dangers avaient nom : spiritualisation de Dieu, humanisation de Dieu, mondanisation de Dieu ; ici, ils s’appellent dénégation du monde, mépris du monde, étouffement du monde.

Dénégation du monde, lorsque le juif dans la proximité de son Dieu anticipait à son profit la Rédemption dans le sentiment, oubliant que Dieu était Créateur et Rédempteur, que, comme Créateur, il conserve le monde entier et que dans la Révélation, il tourne en fin de compte sa face vers l’homme tout court.

Mépris du monde, lorsque le juif se ressentait comme un Reste, et donc comme l’homme véritable, créé à l’origine à l’image de Dieu et vivant dans l’attente de la fin au sein de cette pureté originelle, se retirant ainsi de l’homme : c’était pourtant précisément avec sa dureté oublieuse de Dieu, qu’était survenue la Révélation de l’amour de Dieu, et c’était cet homme qui avait désormais à exercer cet amour dans l’œuvre illimitée de la Rédemption.

Étouffement du monde, enfin, lorsque le juif, en possession de la Loi à lui révélée et devenue chair et sang dans son esprit, avait désormais le toupet de régler l’être-là à chaque instant renouvelé et la croissance silencieuse des choses, voire de prétendre à les juger.

Ces dangers sont tous trois les conséquences nécessaires de l’intériorité qui s’est détournée du monde, de même que les dangers du christianisme étaient dus à l’extériorisation de soi tournée vers le monde. »v

Faute de pouvoir se déterminer à élire un seul champion, Rosenzweig conclut que juifs et chrétiens travaillent en réalité à la même œuvre, et que Dieu lui-même ne peut se priver d’aucun d’eux : « il les a liés ensemble dans la réciprocité la plus étroite. A nous [juifs], il a donné une vie éternelle en allumant dans nos cœurs le feu de l’Étoile de sa vérité. Les chrétiens, il les a placés sur la voie éternelle en leur faisant suivre les rayons de cette Étoile de sa vérité au long des siècles, jusqu’à la fin éternelle. »vi

La vie, la vérité, la voie. L’Oint de Nazareth, le Messie chrétien, s’était déjà désigné par ces trois mots, les identifiant alors à sa propre Personne, mais dans un ordre exactement inverse.

Quant au Messie juif, il nous reste sans doute à l’attendre encore fort longtemps. Il viendra à la fin des siècles, peut-être.

Rétrécissement, étroitesse, étouffement.

Dispersion, dilatation, paganisation.

Laissons couler les millénaires, fleurir les éons.

Que sera devenu le monde dans trois cent milliards d’années ? Juif ? Chrétien ? Bouddhiste ? Nihiliste ? Gnostique ? Ou le monde sera-t-il Tout Autre ?

Verrons-nous naître un jour des Messies non-galiléens ou des Oints non-davidiques aux confins inimaginés des univers connus, et révélant dans une langue claire une méta-Loi, aussi lumineuse que mille milliards de nébuleuses assemblées en un point unique?

Ou bien est-ce le message même des Écritures qui, par quelque miracle, sera répété, mot pour mot, lettre pour lettre, souffle pour souffle, dans tous les multivers, franchissant sans dommage l’attraction et la translation de multiples trous noirs et de vertigineux trous de ver?

La voie, devant nous, est infiniment, évidemment, ouverte.

Nous savons seulement qu’à la toute fin, il y aura de la vie, alors, encore, – et non la mort.

Quelle vie ? On ne le sait.

On sait aussi qu’alors, avec la vie, il y a aura également la vérité, et non la non-vérité.

Vérité et vie sont indissolublement liées, comme la transcendance et l’immanence.

Mais quelle vérité ? – Excellente question.

« Qu’est-ce que la vérité ? », demanda jadis, fameusement, Pilate.

On pourrait aussi demander, tout bonnement : « Qu’est-ce que la vie ? »

Puisque la transcendance est si infiniment au-dessus de l’esprit humain, comment peut-on oser poser même ce genre de questions ?

C’est exactement le point. Oser poser des questions. C’est déjà, d’une certaine manière, commencer d’y répondre.

Je ne doute pas que dans six cent millions d’années, ou trente-trois milliards d’ères, un peu de vérité se donnera encore à voir, – s’il reste, bien entendu des yeux pour voir, ou des oreilles pour entendre.

iFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.474

iiFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.474

iiiFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.478

ivFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.476

vFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.479-480

viFranz Rosenzweig. L’étoile de la rédemption. Trad. Alexandre Derczanski et Jean-Louis Schlegel, Seuil , 1882, p.490

The 24-letters Names of God


Apocalyptic and esoteric books have a definite taste for the ‘names’ of God and for His multiple ‘attributes’.

These ‘names’ are supposed to embody aspects of the divine essence.

You might think they are immutable by nature, but human language and human-made names are not immutable, by nature, so the names keep changing.

Philo of Alexandria devoted a whole book (De mutatione nominum) precisely to the question of changing names in the Bible.

Examples abound. Abram becomes Abraham, Sarai is renamed Sarah, and Jacob Israel.

In this book, Philo dealt with the important question of the names that God gave to himself.

About the specific name that God revealed to Moses, « I am that I am » (Ex 3,14), Philo has this comment: « It is equivalent to : my nature is to be, not to be said ».

In the original Hebrew, Ex 3,14 reads: אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה « Ehyeh asher ehyeh« .

A literal translation might sound like: « I am who I am », — or « I shall be who I shall be », since « ehyeh » is the 1st person of the present-future of the verb to be, — if we want to somewhat preserve the Hebrew idiosyncrasy of the original text.

We could also simply focus on the word ehyeh that doubly expresses the notion of « Being », in two different modalities: « I am ‘I AM’ « .

We could then assume that God’s name might be ‘I AM’, which may be confirmed by the fact that God also said to Moses, just immediately after:

« Thus shalt thou say unto the children of Israel: I AM hath sent me unto you. »i

In the Exodus, God clearly affirms a key aspect of his essence through his Name. This essence is « Being ».

In John’s Gospel, another aspect of the essence of God is given: Word, or Logos.

« In the beginning was the Word, and the Word was with God, and the Word was God. »ii

But can this Word be His Name?

It does not seem so, at least if we consider what John quotes about Jesus addressing God:

« I have manifested thy name (onoma) unto the men, which thou gavest me out of the world. Thine they were, and thou gavest them to me; and they have kept thy word (logon). « (John 17, 6).

Clearly, here, the Word (Logos) is not the Name (Onoma).

The Name is ‘manifested’. The Word is ‘kept’.

What does that mean?

The Name embodies the very ‘presence’ of God, it « manifests » his presence.

In many texts, the Hebrew word Shekhina is used to celebrate God’s Presence’.

But the Word is something else entirely. It is neither the Name nor the Presence.

What is it then?

It is what was « in the Beginning », — and what was « with God », — and what was « God ».

More complex, admittedly.

Something else entirely than ‘just a Name’.

Logos is not God’s Name, and Logos is not God’s Shekhina.

Jesus also said to God: « And now I am no more in the world, but these are in the world, and I come to thee. Holy Father, keep through thine own name (onoma) whom thou hast given me, so that they may be one, as we are. « (John 17, 11)

According to John’s original text (in Greek), Jesus asked God to « keep » the men through His Name (onoma).

Jesus, who is the Logos (Verb), asks God to « keep » men through His Onoma (His Name).

This indicates that Logos and Onoma play indeed a different role.

What are these different roles?

The Logos « is with God » and « is God ». The Onoma is a ‘Name’ and is not God.

The men « keep » the Logos. The Onoma « keep » the men, « so that they may be one ».

The Logos is said to be « one » with God. The Onoma can make the men be « one »with God.

Though obviously not synonymous, ‘Onoma‘, ‘Logos‘ and ‘God’, are however somewhat converging into ‘oneness’.

Let’s add that any ‘Name’ of God has therefore to be considered to have a formidable power.

Any ‘Name’ of God potentially includes all the other Names, those that are revealed and those that will remain ever hidden.

In all likelihood, Hidden Names abound.

To speak metaphorically, there are as many Names as there are angels, and conversely, each angel « bears » one of God’s Names.

The Babylonian Talmud teaches on this subject: « The Archangel Metatron, who is said to bear the Name of God » (« Metatron che-chemo ke-chem rabbo) » (Sanhedrin 38b).

All these (infinite) Names are not just names.They are divine beings, or rather they are figures of the divine Being.

A text belonging to the Nag Hammadi manuscripts, the « Gospel of Truth », composed by Valentine in the 2nd century, specifies it in this way:

« The Name of the Father is the Son. It is He who, in the Principle, gave name to the one who came out of Him, who was Himself and begot Him as Son. He gave Him his own name. (…) The Father. He has the Name, He has the Son. We can see him. But the Name, on the contrary, is invisible, because it alone is the mystery of the Invisible destined to reach the ears which are all filled with it (…) This Name does not belong to words and it is not names that constitute its Name. He’s invisible.»iii

The same idea is expressed in a slightly different way in the Gospel of Philip, also from the Nag Hammadi manuscripts: »‘Jesus‘ is a hidden name, ‘Christ‘ is a manifested name »iv.

But if ‘Jesus’ is a hidden name, how can he be known?

Irenaeus of Lyons gives a possible answer: « Iesous is only the sound of the Name, not its virtue. In fact, the entire Name consists of not only six letters, but thirty. Its exoteric (or pronounceable) composition is IHCOYC [Iesous], while its esoteric composition consists of twenty-four letters.»v

The exoteric name IHCOYC consists of six Greek letters. The full Name contains thirty of them.

Simple arithmetic: 6 (exoteric letters) + 24 (esoteric letters) = 30 letters of the full Name

But Irenaeus of Lyons does not reveal what are the 24 esoteric letters. if he had done so, would they have stayed ‘esoteric’?

It is up to us then, to try figuring them out.

Knowing that the Greek alphabet includes precisely twenty-four letters, the first one being ‘alpha’, the last one being ‘omega’, we could imagine that this esoteric Name is not a fixed name, but that it is constantly woven from the infinity of all their possible combinations, like this one:

βαγεδζηκιθλμονξπρστυφωχψ

or this one:

ΞΟΠΡΥΣΤΨΩΧΦΑΓΒΕΖΔΗΚΘΛΙΜΝ

There 2424 such names…

Here is a selection of names that I like a lot:

ΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞΞ

and:

ΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏΏ

and:

ΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧΧ

and :

ΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙΙ

and:

ΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔΔ

We could also try with Hebraic letters such as:

יייייייייייייייייייייייי

and:

שששששששששששששששששששששששש

and:

ןןןןןןןןןןןןןןןןןןןןןןןן

and :

הההההההההההההההההההההההה

A lot of research ahead of us!

iEx 3,14

iiJn 1,1

iii Quoted by Guy Stroumsa, Ancient Christian Magic : Coptic Texts of Ritual Power. Princeton, 1993.

iv Gospel of Philip 58, 3-4

vIreaneus of Lyons .Adv. Heres.I. 14, 1-9. Trad. A. Rousseau. 1979

Naissance, guérison et extermination.


Il y a des textes que l’on peut questionner encore et encore. On y trouve toujours quelque chose de nouveau.

Trois hommes rencontrent Abraham à l’heure de midi, dans les plaines de Mamré, au chapitre 18 de la Genèse. Mais seulement deux anges rencontrent Loth, le soir même, à Sodome, au chapitre 19.

Pourquoi trois hommes à midi, puis deux anges le soir?

Une première interprétation vaut d’être citée, celle de Philon d’Alexandrie.

« Alors que trois étaient apparus pourquoi l’Écriture dit-elle « Les deux anges vinrent à Sodome le soir » ? (Gen. 19,1). Trois apparaissent à Abraham et à midi, mais à Loth, deux et le soir. L’Écriture fait connaître la différence au sens profond qu’il y a entre l’être parfait et celui qui progresse, à savoir le parfait a l’impression d’une triade, nature pleine, continue, à qui il ne manque rien, sans vide, entièrement pleine, mais celui-là a l’impression d’une dyade qui a séparation, coupure et vide. L’un a accueilli le Père qui est au milieu et est servi par les deux premières puissances, tandis que l’autre a accueilli les puissances servantes sans le Père, car il était trop faible pour voir et comprendre celui du milieu, roi des puissances. L’un est illuminé d’une lumière très éclatante, lumière de midi et sans ombre, tandis que l’autre l’est d’une lumière changeante, aux limites de la nuit et du jour, car le soir a reçu en partage d’être un espace intermédiaire : ce n’est ni la fin du jour, ni le commencement de la nuit. »i

L’interprétation de Philon (« Les trois anges sont le Père, servi par les deux premières puissances »), est assez gênante du point de vue d’une position strictement monothéiste, comme celle généralement professée par le judaïsme.

Par contre, elle est compatible, au moins métaphoriquement, avec l’interprétation trinitaire du christianisme. Philon est né en 25 av. J.-C., et il vivait à Alexandrie, alors en plein bouillonnement intellectuelles, ouverte aux idées néo-pythagoriciennes et néo-platoniciennes, et à d’autres influences encore, venues de Chaldée ou de Perse.

Plus de mille ans après Philon d’Alexandrie, le célèbre Rachi, de Troyes, fournit une explication très différente de ces variations.

A propos du verset 2 du chapitre 18, Rachi commente: « ET VOICI TROIS HOMMES. Dieu envoya des anges à forme humaine. Un pour annoncer la bonne nouvelle concernant Sara. Un pour détruire Sodome. Un pour guérir Abraham. Car un même messager n’accomplit pas deux missions à la fois. »

A propos du verset 1 du chapitre 19, Rachi note: « LES DEUX. Un pour détruire Sodome et un pour sauver Loth. C’était ce dernier qui était venu guérir Abraham. Le troisième qui était venu pour annoncer à Sara la naissance de son fils, une fois sa mission remplie, s’en est allé. – LES ANGES. Plus haut (18,2) on les appelle DES HOMMES. Lorsque la Shekhina était avec eux, on les appelle des hommes. Autre explication : précédemment, auprès d’Abraham dont la force était grande et qui était habitué aux anges autant qu’aux hommes, on les appelle des hommes. Tandis qu’auprès de Loth on les appelle des anges. »

Il y a un point commun entre Philon et Rachi; ils s’accordent sur le fait qu’Abraham était parfait, fort, et que Loth était faible. Ils en déduisent tous les deux que voir la Shekhina au milieu des hommes est un signe de force, et que voir des anges (en l’absence de la Shekhina?) est un signe de faiblesse.

D’autres questions surgissent alors.

Pourquoi est-ce que l’ange qui avait annoncé la prochaine naissance d’un fils à Abraham et Sara, s’en est-il allé une fois sa mission accomplie, laissant ses deux compagnons continuer vers Sodome et Gomorrhe?

Autrement dit, pourquoi l’ange chargé de détruire Sodome et Gomorrhe était-il présent lors de la rencontre de Mamré, alors qu’il s’agissait d’annoncer une naissance, et selon Rachi, de compléter la guérison d’Abraham?

La présence de l’ange exterminateur était-elle nécessaire afin d’écouter les arguments d’Abraham en faveur des habitants des deux villes menacées de destruction ?

Abraham a en effet plaidé longuement afin d’intercéder en faveur des habitants de Sodome et Gomorrhe (Gen. 18, 23-33). Cette plaidoirie a-t-elle été adressée à l’ange exterminateur, au troisième « homme » présent à Mamré ?

Or cet ange exterminateur est aussi appelé du nom de Dieu (YHVH). C’est ainsi que le texte le nomme lors de ses échanges avec Abraham.

Résumons.

D’un côté il y a trois hommes, chargés de trois missions différentes (une annonce de naissance, une guérison et une extermination). Ces trois hommes sont en fait trois anges, mais en réalité ils sont tous ensemble un seul et même Dieu, nommé à plusieurs reprises YHVH par le texte de la Genèse. YHVH s’exprime d’ailleurs à la 1ère personne du singulier, comme étant le Seigneur, l’Éternel YHVH.

Les trois hommes prennent successivement la parole, le premier pour annoncer la naissance à venir, le second pour se parler à lui-même, en quelque sorte en aparté (« Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire? » Gen.18, 17), et le troisième pour débattre de la prochaine extermination avec Abraham.

Puis le Seigneur YHVH « s’en va », lorsqu’il a fini de parler avec Abraham (Gen. 18, 33). Tout de suite après (Gen. 19, 1), « Les deux anges arrivèrent à Sodome le soir ».

On peut, semble-t-il, en tirer les conclusions suivantes.

Dieu était bien présent, en tant que Shekhina, au milieu des trois hommes en visite chez Abraham, à Mamré, puis tout au long de la route jusqu’aux portes de Sodome. Puis Dieu s’en va, et il ne reste que les deux anges, l’un pour exterminer les villes, l’autre pour sauver Loth et sa famille. Dieu s’en est allé juste avant l’extermination.

Ce chapitre de la Genèse rapporte des échanges de paroles entre Dieu, Abraham, et même Sara, mais aussi toute une gestuelle, un ballet de mouvements, des courses à pied, des prosternations, des marches, des stations debout.

Il est intéressant d’analyser cette mise en scène, la scénographie des déplacements de Dieu et d’Abraham pendant cette journée.

Abraham était assis à l’entrée de sa tente, il leva les yeux, et « il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui ; dès qu’il les vit, il courut de l’entrée de la tente à leur rencontre et se prosterna à terre. » (Gen. 18,2)

Comment se fait-il qu’Abraham courre vers des hommes qui « se tenaient près de lui »?

Il faut sans doute voir là un sens spirituel. Abraham, assis, voit trois hommes debout. Ils sont près de lui, mais lui, Abraham, est loin d’eux. Il faut donc qu’il se lève, pour se mettre à leur niveau, et qu’il se mettre à courir, pour se rapprocher d’eux, autant que ceux-ci se sont déjà approchés de lui.

Tout ceci n’est pas à comprendre au niveau matériel, physique, mais au niveau spirituel, métaphysique.

Ensuite, Abraham « se hâte vers la tente » (18,6). Puis « il courut au troupeau » (18,7). Peu après, lorsqu’ils mangeaient, « il se tenait debout » (18, 8). Ensuite, « s’étant levés, les hommes partirent de là et arrivèrent en vue de Sodome. Abraham marchait avec eux pour les reconduire. » (18, 16). Suit une sorte de soliloque de Dieu. Enfin, l’équipée termine sa marche: « Les hommes partirent de là et allèrent à Sodome. YHVH se tenait encore devant Abraham. » (18, 22)

Devant Sodome, il y a un long échange entre Dieu et Abraham, lequel tente d’intercéder en faveur des habitants de la ville, au nom des « justes » qui sont en son sein. Puis Dieu s’en va. Et Abraham retourne chez lui (18, 33).

Tout de suite après les deux anges entrent dans Sodome (19,1).

Dans ces quelques lignes, Abraham est assis, puis il court vers des hommes, vers sa tente, vers le troupeau, vers sa tente à nouveau, il se tient debout, il marche vers Sodome, il s’arrête, il repart, il arrive devant Sodome, il discute avec Dieu, il voit Dieu s’en aller, et il s’en retourne chez lui.

Comment expliquer tout ce mouvement chez un vieil homme qui vient d’être circoncis, et qui se remet avec peine de sa blessure ?

La simple description de mouvements physiques ne paraît pas une explication suffisante. Ils indiquent plutôt une dynamique spirituelle. Tous ces mouvements traduisent l’agitation intérieure d’Abraham.

Une clé de compréhension se trouve au verset 18, 3 : « Seigneur, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas ainsi devant ton serviteur. »

Abraham s’agite et court beaucoup, afin que Dieu « ne passe pas » devant lui.

Abraham court parce qu’il désire que le Seigneur s’arrête.

Qu’en conclure ?

D’abord, que le divin peut prendre trois figures : la figure de l’Un (YHVH), la figure du Trois (« les trois hommes »), et la figure du Deux (« les deux anges »).

Ensuite, ce texte nous apprend que les mouvements du corps sont des métaphores des mouvements de l’âme. C’est comme dans le tango. Il faut être deux pour se parler. Trois hommes plus Abraham font quatre. Mais quand Dieu et Abraham se parlent ils sont deux. Et leurs attitudes, leurs positions, sont liées, comme dans une danse.

Leurs mouvements sont corrélés.

Abraham se lève, court, se prosterne, etc., afin que Dieu s’arrête.

i Philon. Quaestiones in Genesium, Livre IV, 30

Noms de Dieu


 

La littérature apocalyptique et les ésotérismes arborent un goût certain pour l’énumération des noms de Dieu et de ses attributs.

Ces noms sont censés incarner des aspects de l’essence divine. On pourrait les croire immuables, par nature.Quant aux noms humains, ils ne sont pas immuables. Philon d’Alexandrie a consacré un livre (De mutatione nominum) à la question du changement des noms dans la Bible.

Les exemples abondent. Abram devient Abraham, Saraï est renommée Sarah.

Philon traite aussi de la question des noms que Dieu se donne à lui-même..

Il interprète ainsi le nom que Dieu se donne devant Moïse, « Je suis celui qui est » (Ex. 3, 14), de cette manière : « Cela équivaut à : ma nature est d’être, non d’être dit ».

Dans l’hébreu original on lit : « Ehieh asher ehieh ». Une traduction littérale sonnerait comme : « Je suis celui qui suis », expression formellement incorrecte du point de vue de la grammaire française, puisque on devrait dire : « je suis celui qui est ». Mais cette incorrection préserve un peu l’hébraïsme du texte.

On pourrait aussi traduire, de façon plus laxiste: « Je suis qui je suis ». Mais le sens n’est plus le même.

On pourrait enfin se contenter d’observer le redoublement du seul mot de cette phrase qui exprime l’Être, le mot « ehieh », « Je suis ‘je suis’ ».

Dans l’Exode Dieu affirme en son nom son essence qui est d’« être ».

Dans l’Évangile de Jean, on affirme que l’essence de Dieu est Verbe, Parole, Logos.

Jean rapporte aussi ces paroles que Jésus prononce, s’adressant à Dieu: « J’ai manifesté ton nom (onoma) aux hommes, que tu as tirés du monde pour me les donner. Ils étaient à toi et tu me les as donnés et ils ont gardé ta parole (logon). » (Jn. 17, 6).

La Parole, le Logos, n’est pas seulement un nom, un simple onoma, un attribut. C’est un nom qui est la présence même de Dieu, sa présence vivante. Logos est Shekhina.

Jésus affirme juste après: « Je ne suis plus dans le monde ; eux sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les dans ton nom (onoma) que tu m’as donné, pour qu’ils soient un comme nous. » (Jn. 17, 11)

Pour l’auteur du texte original (grec), logos (parole) et onoma (nom) sont donnés comme des formes équivalentes.

Le Nom (onoma) est présenté comme un substitut de la Parole (le Logos) et ce Logos est par ailleurs « un » avec Dieu lui-même.

Nom, Parole, Dieu, sont ici synonymes.

Le Nom de Dieu inclut tous les Noms de Dieu, ceux qui sont révélés et ceux qui restent cachés.

Selon toute vraisemblance, les Noms cachés abondent. Pour prendre une métaphore, il y a autant de Noms que d’anges, et réciproquement, chaque ange « porte » un des Noms de Dieu. Le Talmud de Babylone enseigne à ce sujet: « L’archange Metatron, dont il est dit qu’il porte le Nom de Dieu » ( « Metatron che-chemo ke-chem rabbo) » (Sanhedrin 38b).

Ces Noms ne sont pas des appellations. Ce ne sont pas des mots. Ce sont des êtres, ou plutôt ils sont des figures de l’Être même. Un texte appartenant aux manuscrits de Nag Hammadi, l’« évangile de vérité », composé par Valentin au 2ème siècle, le précise de cette façon: « Le Nom du Père est le Fils. C’est lui qui, dans le Principe, a donné nom à celui qui est sorti de lui, qui était lui-même et il l’a engendré comme Fils. Il lui a donné son Nom qui est le sien propre. (…) Le Père. Il a le Nom, il a le Fils. On peut le voir. Mais le Nom, au contraire, est invisible, parce que lui seul est le mystère de l’Invisible destiné à parvenir aux oreilles qui sont toutes remplies de lui (…) Ce Nom n’appartient pas aux mots et ce ne sont pas des appellations qui constituent son Nom. Il est invisible. »i

On trouve la même idée exprimée de façon un peu différente, dans l’Évangile de Philippe, provenant également des manuscrits de Nag Hammadi  : « ‘Jésus’ est un nom caché, le ‘Christ’ est un nom manifesté »ii.

Mais si ‘Jésus’ est un nom caché, comment peut-il être connu ? Irénée de Lyon donne une possible réponse : « Iésous n’est que le son du Nom, pas sa vertu. En fait, le Nom entier se compose, non pas de six lettres seulement, mais de trente. Sa composition exotérique (ou prononçable) est IHCOYC [Iésous], tandis que sa composition exotérique comprend vingt-quatre lettres. »iii

Le Nom exotérique IHCOYC est formé de six lettres grecques.

Le Nom entier en comporte trente. Mais Irénée ne dit pas quelles elles sont.

Sachant que l’alphabet grec comprend justement vingt-quatre lettres, la première étant alpha, la dernière oméga, on peut d’ailleurs imaginer que ce Nom ésotérique est tissé de l’infinité de leurs combinaisons possibles…

i Cité par Guy Stroumsa, Ancient Christian Magic : Coptic Texts of Ritual Power. Princeton, 1993.

ii Évangile de Philippe 58, 3-4

iii Contre les Hérésies I. 14, 1-9. Trad. A. Rousseau. 1979