Circumcised Ears


Rationalist, materialist minds generally consider the sacred texts of Egypt, China, India, Mesopotamia, Persia, Israel, Chaldea, as esoteric reveries, compiled by counterfeiters to mislead the common public.

For them, treasures such as the Book of the Dead, the texts of the Pyramids, the Vedas, the Upanishads, the Zend Avesta, the Tao Te King, the Torah, the Gospels, the Apocalypse, are only vast mystifications, settling down over the centuries, across the continents.

They are the expression of tribal or clan practices, or a desire for temporal and spiritual power. The social illusion they encourage would be fostered by the staging of artificially composed « secrets » that leave a lasting impression on the minds of peoples, generation after generation.

But broader, more open minds, may see all these ancient testimonies, so diverse, but tainted by the same central intuition, as a whole, – coming from the human soul, and not as a collection of heterogeneous attempts, all of them unsuccessful.

History has recorded the failure of some of them, after a few millennia of local supremacy, and the apparent success of some others, for a time more sustainable, seemingly better placed in the universal march.

With a little hindsight and detachment, the total sum of these testimonies seems to be nestled in a common drive, a dark energy, a specific genius.

This drive, this energy, this genius, are not very easy to distinguish today, in a sceptical environment, where miracles are rare, crowds cold, passions exacerbated.

Not easy but not impossible.

One can always walk between the flowers of human thought, smelling their unique scent, sensitive to the continuous rise of sap in their flexible stems.

The word « esotericism » has become malignant. Whoever is interested is considered a marginal in rational society.

But this word also has several divergent, and even contradictory, meanings that may enlighten us, for that matter.

For example, the Jewish Kabbalah is intended to be a revelation or explanation of the « esoteric » meaning of Moses’ Books. It is even doubly esoteric.

It is esoteric in a first sense in so far as it opposes exotericism. In this sense, esotericism is a search for protection. There are ideas, secrets, that must not be disclosed to the crowd.

It would deeply distort its meaning, or project mud, contempt, lazzis, spit, hatred against them.

It is also esoteric in that it deepens the secret. The text is said to contain profound meanings, which only initiation, prepared under strict conditions, can reveal to hand-picked entrants after long trials. Esotericism is not there prudence or protection, but a conscious, characterized method, elite aspiration.

There is yet another form of esotericism.

R.A. Schwaller de Lubicz defines it as follows: « Esoteric teaching is therefore only an « Evocation » and can only be that. Initiation does not reside in the text, whatever it may be, but in the culture of the Intelligence of the Heart. Then nothing is more « occult » or « secret », because the intention of the « Enlightened », the « Prophets » and the « Envoys from Heaven » is never to hide, on the contrary. »i

 

In this sense, esotericism has nothing in common with a desire for secrecy. On the contrary, it is a question of revealing and publishing what several minds can, through a common, sincere effort, discover about the nature of the Spirit.

The Spirit is discovered through the Spirit. It seems to be a flat tautology. But no. Matter is incapable of understanding the mind. The mind is probably better equipped, however, to understand matter. And if matter can merge with itself, only the spirit can take the measure of the infinite depth and understand the height of the Spirit without merging with it, undoubtedly relying on analogies with what it knows about itself.

Mind is, at the very least, a metaphor of Spirit, while matter is never a metaphor of Matter. The material, at most, is only an image, invisible to itself, drowned in the shadows, in its own immanence.

Jewish Kabbalah developed in the European Middle Ages, assuming obvious filiation links with the former Egyptian « Kabbalah », which also has links with the Brahmanic « Kabbalah ». I hasten to concede that the nature of the Jewish mission reflects its specificity in the Jewish Kabbalah. Nevertheless, the links of filiation with older “Kabbalahs” appear to be valuable subjects of reflection for the comparativist.

 

The various « Kabbalahs » of the world, developed in different climates, at times unrelated to each other, are esoteric according to the three meanings proposed above. The most interesting of these meanings is the last. It expresses in action the sincere Intelligence, the Intelligence of the heart, the intuition of the causes, the over-consciousness, the metamorphosis, the ex-stasis, the radial vision of the mythical nucleus, the intelligence of the beginnings and the perception of the ends.

Other metaphors are needed to express what needs to be expressed here.

 

Pharaonic Egypt is no more. But the Book of the Dead still speaks to a few living people. The end of ancient Egypt was only the end of a cycle, not the end of a world.

Osiris and Isis were taken out of their graves and put into museum display cases.

But Osiris, Isis, their son Horus, still produce strange scents, subtle emanations, for the poet, the traveller and the metaphysician.

There are always dreamers in the world to think of the birth of a Child God, a Child of the Spirit. The Spirit never ceases to be born. The fall of the Word into matter is a transparent metaphor.

 

Where does the thought that assails and fertilizes us come from? From a neural imbroglio? From a synaptic chaos?

The deep rotation of the worlds is not finished, other Egypts will still give birth, new Jerusalems too. In the future other countries and cities will appear, made not of land and streets, but of spirit.

The Spirit has not said his last word, for the Word is endless.

In the meantime, it is better to open one’s ears, and to have them circumcised, as once was said.

 

iR. Schwaller de Lubicz. Propos sur ésotérisme et symbole. Ed. Poche. 1990

Des oreilles circoncises


 

Les esprits rationalistes, matérialistes, considèrent les textes sacrés de l’ Égypte, de la Chine, de l’Inde, de la Mésopotamie, de la Perse, d’Israël, de Chaldée, comme autant de rêveries ésotériques, compilées par des faussaires pour égarer le commun.

Pour eux, des trésors comme le Livre des Morts, les textes des Pyramides, les Védas, les Upanishads, le Zend Avesta, le Tao Te King, la Torah, les Évangiles, l’Apocalypse, ne sont que de vastes mystifications, s’installant dans les siècles, à travers les continents.

Ils seraient l’expression de pratiques tribales ou claniques, ou d’une volonté de pouvoir temporel et spirituel. L’illusion sociale qu’ils encouragent serait favorisée par la mise en scène de « secrets » artificiellement composés, marquant durablement l’esprit des peuples, générations après générations.

Ces témoignages anciens, si divers, mais taraudés par une même intuition centrale, des esprits plus larges, plus ouverts, peuvent les voir comme un tout, issu de la nappe humaine, et non comme une collection de tentatives hétéroclites, toutes inabouties.

L’histoire a retenu l’échec de quelques-unes d’entre elles, après quelques millénaires de suprématie locale, et le succès apparent de quelques autres, pour un temps plus pérennes, mieux placées dans la marche universelle.

Avec un peu de recul, de détachement, la somme totale de ces témoignages apparaît nimbée d’une pulsion commune, d’une énergie sombre, d’un génie propre.

Cette pulsion, cette énergie, ce génie, ne sont pas très faciles à distinguer aujourd’hui, dans un environnement sceptique, où les miracles sont rares, les foules froides, les passions exacerbées.

Pas facile mais pas impossible.

On peut toujours cheminer entre les fleurs de la pensée humaine, humant leur parfum unique, sensible à la montée continue de la sève en leurs tiges flexibles.

Le mot « ésotérisme » est devenu malsonnant. Qui s’y intéresse est considéré comme un marginal dans la société rationnelle.

Ce mot a plusieurs sens divergents, et même contradictoires, éclairants en cela.

Par exemple, la Kabbale juive se veut révélation ou explication du sens « ésotérique » du Testament de Moïse. Elle est même doublement ésotérique.

Elle est ésotérique dans un premier sens en tant qu’elle s’oppose à l’exotérisme. Dans ce sens l’ésotérisme est une recherche de protection. Il y a des idées, des secrets, qui ne doivent pas être divulgués à la foule.

Elle en déformerait profondément le sens, ou projetterait à leur encontre boue, mépris, lazzis, crachats, haine.

Elle est ésotérique aussi en tant qu’elle approfondit le secret. Le texte est réputé contenir des sens profonds, que seule l’initiation, préparée dans de strictes conditions, peut révéler à des impétrants triés sur le volet, après de longues épreuves. L’ésotérisme n’est pas là prudence ou protection, mais méthode consciente, caractérisée, aspiration d’élite.

Je voudrais évoquer ici une autre forme d’ésotérisme encore.

R.A. Schwaller de Lubicz le définit ainsi : « L’enseignement ésotérique n’est donc qu’une « Évocation » et ne peut être que cela. L’Initiation ne réside pas dans le texte, quel qu’il soit, mais dans la culture de l’Intelligence du Cœur. Alors rien n’est plus « occulte », ni « secret », parce que l’intention des « illuminés », des « Prophètes » et des « Envoyés du Ciel » n’est jamais de cacher, au contraire. »i

Dans ce sens l’ésotérisme n’a rien de commun avec une volonté de secret. Il s’agit au contraire de dévoiler, de révéler, de publier ce que plusieurs esprits peuvent, par un effort commun, sincère, découvrir au sujet de la nature de l’Esprit.

L’Esprit se découvre par l’Esprit. Cela a l’air d’être une plate tautologie. Mais non. La matière est incapable de comprendre l’esprit. L’esprit est sans doute mieux armé, en revanche, pour comprendre la matière. Et si la matière peut se fondre ou se confondre avec elle-même, seul l’esprit peut prendre la mesure de l’infinie profondeur et comprendre la hauteur de l’Esprit sans se confondre avec lui, en tablant sans doute sur des analogies avec ce qu’il sait de lui-même.

L’esprit est, au minimum, une métaphore de l’Esprit, alors que la matière n’est jamais une métaphore de la Matière. La matière, tout au plus, n’en est qu’une image, d’ailleurs invisible à elle-même, noyée dans l’ombre, dans sa propre immanence.

La Kabbale juive s’est développée dans le moyen âge européen, assumant d’évidents liens de filiation avec l’ancienne « kabbale » égyptienne, laquelle entretient aussi des liens avec la « kabbale » brahmanique. Je m’empresse de concéder que la nature de la mission juive traduit sa spécificité dans la Kabbale. Néanmoins, les liens de filiation avec des kabbales plus anciennes apparaissent comme des sujets précieux de réflexion pour le comparatiste.

Les diverses « kabbales » du monde, développées sous des climats divers, à des époques sans rapports entre elles, sont ésotériques selon les trois sens proposés plus haut. Le plus intéressant de ces sens est le dernier. Il exprime en acte l’Intelligence sincère, l’Intelligence du cœur, l’intuition des causes, la sur-conscience, la métamorphose, l’ex-stase, la vision radiale du noyau mythique, l’intelligence des commencements et la perception des fins.

Il faudrait d’autres métaphores pour exprimer ce qui doit être exprimé ici.

L’Égypte pharaonique n’est plus. Mais le Livre des Morts parle encore à quelques vivants. La fin de l’Égypte ancienne n’était que la fin d’un cycle, et non la fin d’un monde.

On a fait sortir Osiris et Isis de leurs tombes pour les faire entrer dans des vitrines muséales.

Mais Osiris, Isis, leur fils Horus, produisent toujours d’étranges effluves, de subtiles émanations, pour le poète, le voyageur et le métaphysicien.

Il y a toujours des rêveurs dans le monde pour penser la naissance d’un Enfant-Dieu, d’un Enfant de l’Esprit. L’Esprit ne cesse de s’enfanter. La chute du Verbe dans la matière est une métaphore transparente.

D’où vient la pensée qui assaille et féconde ? De l’imbroglio neuronal ? Du chaos synaptique ?

Le roulement profond des mondes n’est pas terminé, d’autres Égyptes enfanteront encore, de nouvelles Jérusalem aussi, et viendront à l’avenir d’autres pays et d’autres villes, faites non de mots, et de rues, mais d’esprit.

L’Esprit n’a pas dit son dernier mot, son Verbe est sans fin.

Dans cette attente, mieux vaut ouvrir les oreilles, les faire circoncire, comme on dit.

iR. Schwaller de Lubicz. Propos sur ésotérisme et symbole. Ed. Poche. 1990