A Jewish, Greek, Indo-European and Exotic Rabbi


Jews pythagorized a lot in Alexandria, several centuries before the Christian era. Philo and Josephus are excellent examples of Hellenizing Jews, belonging to the high class of this city, and sensitive to ideas flowing from elsewhere. Pharisaism and Essenism, which flourished at the time, can be interpreted as effective outcomes of Pythagorean and Alexandrian Judaism.

The Pharisees, the « Separated », indeed constituted a « separate band », they wanted to distinguish themselves from traditional Jews, and even to innovate with regard to the Law. Josephus says that the Pharisees imposed rules on the people that were not enshrined in the Law of Moses.

Death and resurrection occupied the minds a lot, then.

The Pharisees believed in the resurrection of the dead. So did share this belief Rabbi Joshua ben Youssef, better known as Jesus, while still finding Pharisees « hypocrites », and « bleached graves ».

By contrast, the Sadducees, faithful to the letter of the Law, were « Old Believers » and they denied the resurrection.

The core idea of the resurrection was indeed not Jewish. It was widespread in Hellenism, pythagorism, with palingenesis and metempsychosis. All this originated in a more distant East. Iran. India. The vast world had many different views on these difficult subjects.

But the Pharisaic belief in the resurrection was undoubtedly « a decisive innovation, which made Pharisaic and Talmudic Judaism a religion quite different from that of the Law and the Prophets, » wrote Isidore Lévyi.

Pharisaic Judaism has adapted and modified the concepts of resurrection and palingenesis: the resurrection is not as a recurring opportunity offered to migrant souls, but a singular, unique event, which occurs once and for all on the day of Revelation.

As for the Essenes, another sect of Judaism, they are called Hassa’im, the « silent » ones. Josephus describes them as follows: « No scream, no tumult ever defiles the house; everyone in turn is given the floor. To people outside, the silence inside gives the impression of a frightening mystery.»ii

They are also fanatics, » adds Josephus. « They swear not to reveal anything about the members of the cult to strangers, even if they were to be tortured to death.»iii

It was already, let us remember, Pythagoras’ oath: « Rather die than speak », as reported by Diogenes Laertius (VIII, 39). And it also reminds us of Jesus’ obstinate silence before Pilate.

Flavius Josephus summarizes the belief of the Essene sect: « The soul is eternal. Freed from its carnal chain, the soul, as if liberated from a long servitude, joyfully takes off towards the heights.» iv

Other sects still competed with them in this troubled period: the Zadoqites, the Nazarenes, the Dositheans, the disciples of Johanan Ben Zakkai, those of Hillel…

In this world open to the influences of many heterodox cultures, the parallel between the birth of Jesus and that of Pythagoras is worth to be underlined.

There is more. Pythagoras in Crotone refused to be called a son of Apollo, just as Jesus in Capernaum does not want to be known as the son of God. Another similarity: Pythagoras and Jesus knew how to talk to women. Jesus had several of them as unconditional followers, three of whom are named: Mary Magdalene, Mary Mother of James, and Salome. This sole fact is in itself extremely remarkable, if we take into account the context and the time. Only Pythagoras has had a similar behaviour in the past.

Pharisaism, born in Alexandria in the midst of a maelstrom of cultures, religions, political, economic and migratory movements, tried to reconcile the ideas of Moses and Pythagoras. The time aspired to forms of syncretism, to conjunctions of points of view.

If Judaism was then influenced by Pythagorism, how can we not see that Christianity too was influenced by its aura? Long before Jesus, Pythagoras had been known as the God-Man of Samos, while being the son of Mesarch and Parthenis. He embodied on earth the manifestation of Apollo. Through him, shone in Crotone, the torch that saved happiness and wisdom.

I. Levy interprets what he calls « the enigmatic fact of the triumph of Christianity » in this way: « Of the religion which under the Caesars left Palestine, the essential had only been introduced to Jerusalem a century earlier. The Gospel conceals under an oriental garment the belief system which, as we know from the writings of Virgil, Plutarch and many others, from the careers of Apollonius of Tyana and Alexander of Abonutikhos, captured the most diverse spirits on the Greek and Latin shores of the Mediterranean. It seduced the ancient world because it brought it, imbued with the most penetrating exotic charm, a product of Greek thought, heir to an Indo-European past. »v

All this sounds curious in the 21st century, used to the strangest extrapolations, and sensitive to the most improbable reinterpretations, never without putative provocations.

Jesus, a slandered rabbi, condemned as « king of the Jews », now may reappear in the collective consciousness as an « oriental », « exotic » product, an heir to « Greek thought » and to an « Indo-European past ».

In the Jewish world, trying to survive after the destruction of the Temple by the Romans in 70 AD, it was probably not desirable to allow the seeds of heresy to develop. It was necessary to gather minds, after the political, symbolic and moral disaster. Yet Jesus was Jewish, as were the Pharisees, Sadducees or Essenes who occupied the field of Jewish thought at that time. More Jewish than Indo-European, we might say.

It is certainly not indifferent, today, to want to see in Christianity only an « oriental », « exotic », « Greek » and « Indo-European » non-Jewish heresy, rather than the sucker of the Jesse trunk, – that Judaeo-Christians celebrated then.

It might be more significant, from a very long-term perpective, to consider Christianity being, at the same time, and without contradiction, an interesting innovation: a Jewish-Greek-Indo-European and exotic religion, – transcending in its unique way cultures, borders, classes, sects, centuries.

i in La Légende de Pythagore de Grèce en Palestine, 1927

ii Bellum II, VIII, 5, §132

iii Bellum II, VIII, 5, §132

iv Bell. II, VIII, §155-157

vIn Op.cit.

La philosophie des effluves


 

« Il n’y a pas beaucoup de philosophes juifs », déclare Léo Straussi.

Cette affirmation, pour provocante qu’elle soit, peut être relativisée.

Il est aisé de lancer une poignée de noms…

Le premier d’entre eux peut-être, historiquement parlant, Philon d’Alexandrie, tenta une synthèse entre sa foi juive et la philosophie grecque. Il eut peu d’influence sur le judaïsme de son temps, mais beaucoup plus sur les Pères de l’Église, qui s’en inspirèrent.

Un millénaire plus tard, Moïse Maïmonide s’inspira de la philosophie aristotélicienne pour tenter de concilier foi et ‘raison’. Il fut le célèbre auteur du Mishné Torah, un code de la loi juive, lequel souleva de longues polémiques parmi ses coreligionnaires au 12ème et au 13ème siècle.

Autre célébrité, Baruch Spinoza fut « excommunié«  (חרם herem ) et définitivement « banni » de la communauté juive en 1656, mais il fut admiré par Hegel, Nietzsche...

Au 18ème siècle, Moïse Mendelssohn s’efforça d’appliquer l’esprit de l’Aufklärung au judaïsme et devint l’un des principaux instigateurs des « Lumières juives », l’Haskalah (du mot השכלה, « sagesse », « érudition »).

On peut évoquer aussi Hermann Cohen, un néo-kantien du 19ème siècle, et « un très grand philosophe allemand », selon le mot de Gérard Bensussanii.

Plus proches dans le temps, Martin Buber, Franz Rosenzweig et Emmanuel Lévinas

C‘est à peu près tout.

Il n’y a pas foule, mais on est loin de la pénurie que Léo Strauss se plaisait à souligner.

Il semble que ce dernier ait surtout voulu faire valoir, pour des raisons qui lui sont propres, « la vieille prémisse juive selon laquelle être juif et être philosophe sont deux choses incompatibles », ainsi qu‘il le formule explicitement.iii

Il est intéressant de le voir préciser son point de vue en analysant le cas emblématique de Maïmonide : « Les philosophes sont des hommes qui essaient de rendre compte du Tout en partant de ce qui est toujours accessible à l’homme en tant qu’homme ; Maïmonide part de l’acceptation de la Torah. Un Juif peut utiliser la philosophie et Maïmonide l’utilise de la façon la plus ample; mais, en tant que Juif, il donne son assentiment là où, en tant que philosophe, il suspendrait son assentiment. »iv

Léo Strauss ajoute, catégoriquement, que le livre de Maïmonide, le Guide des égarés, « n’est pas un livre philosophique – un livre écrit par un philosophe pour des philosophes – mais un livre juif : un livre écrit par un Juif pour des Juifs. »v

Le Guide des égarés est en effet entièrement consacré à la Torah et à l’explication du « sens caché » de plusieurs passages. Les plus importants des « secrets » qu’il s’efforce d’élucider sont le Récit du Commencement (le début de la Genèse) et le Récit du Chariot (Ezéchiel ch. 1 à 10). De ces deux « secrets », Maïmonide dit que « le Récit du Commencement est la même chose que la science de la nature et que le Récit du Chariot est la même chose que la science divine (c’est-à-dire la science des êtres incorporels, ou de Dieu et des anges) »vi.

Les chapitres d’Ézéchiel mentionnés par Maïmonide méritent sans aucun doute l’attention et l’étude des plus fins esprits, des âmes effilées. Mais ils ne sont pas à mettre dans toutes les mains. Ézéchiel y raconte avec force détails ses « visions divines ». On imagine volontiers que les sceptiques, les matérialistes, les rationalistes ou les ricaneurs (qu’ils soient juifs ou non) ne font pas partie du lectorat visé.

Qu’on en juge.

« Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de feu, qui répandait de tous côtés une lumière éclatante, au centre de laquelle brillait comme de l’airain poli, sortant du milieu du feu. Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l’aspect avait une ressemblance humaine. Chacun d’eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes. Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds était comme celle du pied d’un veau. Ils étincelaient comme de l’airain poli. Ils avaient des mains d’homme sous les ailes à leurs quatre côtés ; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre, ils ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi. Quant à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d’homme, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de bœuf à gauche, et tous quatre une face d’aigle. »vii

La vision d’Ézéchiel prend alors un tour renversant, avec l’apparition de la gloire de l’Éternel.

« Je vis encore comme de l’airain poli, comme du feu, au dedans duquel était cet homme, et qui rayonnait tout autour, depuis la forme de ses reins jusqu’en haut, et depuis la forme de ses reins jusqu’en bas, je vis comme du feu, et comme une lumière éclatante, dont il était environné. Tel l’aspect de l’arc qui est dans la nue en un jour de pluie, ainsi était l’aspect de cette lumière éclatante : c’était une image de la gloire de l’Éternel. A cette vue, je tombai sur ma face, et j’entendis la voix de quelqu’un qui parlait. »viii

L’homme au milieu du feu parle à Ézéchiel comme s’il était une « image » de Dieu.

Était-ce le cas? Quel philosophe se risquerait à en juger?

Peut-être que cet « homme » environné de feu était une ‘réalité’? Ou bien ne s’agissait-il que d’une illusion?

Quoi qu’il en soit, il est clair que ce texte et ses possibles interprétations n’entrent pas dans les canons philosophiques habituels.

Faut-il donc suivre Léo Strauss, et admettre en conséquence que Maïmonide n’est pas un « philosophe », mais qu’il a écrit en revanche un « livre juif » pour les Juifs, afin de répondre à des besoins d’éclaircissements propres aux mystères recelés dans les Textes?

Peut-être… Mais le lecteur moderne d’Ézéchiel, qu’il soit juif ou non, qu’il soit philosophe ou non, ne peut manquer de se prendre d’intérêt pour les paraboles qu’il y trouve, et pour leurs implications symboliques.

L’ « homme » au milieu du feu demande à Ézéchiel d’ « avaler » un livre, puis d’aller « vers la maison d’Israël », vers ce peuple qui n’est point pour lui « un peuple ayant un langage obscur, une langue inintelligible », pour lui rapporter les paroles qu’il va lui dire.

Les ressources habituelles de la philosophie semblent peu adaptées pour traiter de ce genre de texte.

Mais le Guide des égarés s’y attaque frontalement, dans un style subtil et charpenté, mobilisant tous les ressorts de la raison, et de la critique, afin d’apporter quelques lumières aux personnes de foi, avancées dans la réflexion, mais saisies de « perplexité » face aux arcanes de telles « visions ».

Le Guide des égarés implique une grande confiance dans les capacités de la raison humaine.

Il laisse entendre que celles-ci sont bien plus grandes, bien plus déliées que tout que ce que les philosophes les plus éminents ou les poètes les plus éclairés ont fait entrevoir, à travers les siècles.

Et ce n’est pas fini. Des âges viendront, sans doute, où la puissance de la pénétration humaine en matière de secrets divins sera, osons le dire, sans comparaison avec ce que Moïse ou Ézéchiel eux-mêmes ont pu léguer à la postérité.

Autrement dit, l’âge des prophètes ne fait que commencer, et celui des philosophes est à peine émergent, à l’échelle des Temps à venir.

L’Histoire humaine est dans son premier âge, vraiment, si l’on en juge par ses balbutiements.

Notre temps tout entier fait encore partie de l’aube, et les grands soleils de l’Esprit n’ont pas révélé à ce jour autre chose qu’un infime éclat de leurs lumières en puissance.

D’un point de vue anatomique et fonctionnel, le cerveau humain offre à la contemplation des mystères bien plus profonds, bien plus obscurs, horresco referens, que les riches et bariolées métaphores d’Ézéchiel.

Le cerveau d’Ézéchiel lui-même a été un jour, il y a quelques siècles, en proie à une « vision ». Il y avait donc à ce moment-là une forme de compatibilité, de connaturalité entre le cerveau du prophète et la vision qu’il rapporte.

On en induit qu’un jour, vraisemblablement, d’autres cerveaux de prophètes ou de visionnaires à venir seront capables de se porter plus loin qu’Ézéchiel lui-même.

De deux choses l’une: soit la « vision » prophétique est une illusion, soit elle possède une réalité propre.

Dans le premier cas, Moïse, Ézéchiel et la longue théorie des « visionnaires » de l’humanité sont des égarés, qui ont emmené leurs suivants dans des chemins d’erreurs, sans retour.

Dans le second cas, il faut admettre que toute « vision » prophétique implique a priori un (autre) monde enveloppant de façon subliminale le « voyant ».

A tout « voyant » il est donné de percevoir dans une certaine mesure la présence du mystère, qui environne de toutes parts l’humanité entière.

Pour reprendre l’intuition de William Jamesix, les cerveaux humains sont analogues à des « antennes », branchées en permanence sur un monde immense, invisible.

D’âges en âges, des chamans, des prophètes et quelques poètes en perçoivent les effluves, les pulsations.

Il reste à bâtir la philosophie de ces effluves.

iLéo Strauss. Maïmonide. 1988, p.300

iiGérard Bensussan. Qu’est-ce que la philosophie juive ? 2003, p.166.

iiiLéo Strauss. Maïmonide. 1988, p.300

ivIbid., p.300

vIbid., p.300

viIbid., p. 304

viiÉzéchiel, 1, 4-10

viiiÉzéchiel, 1, 27-28

ixWilliam James. Human Immortality: Two Supposed Objections to the Doctrine.1898. Ed. Houghton, Mifflin and Company, The Riverside Press, Cambridge.