The True Meaning of Exile


« Light, intelligence and wisdom ». These three words are used together several times in the Book of Daniel. The queen, wife of King Balthazar, son of Nebuchadnezzar, praises Daniel’s « extraordinary spirit » as follows: « There is a man in your kingdom in whom dwells the spirit of the holy gods. In the days of your father there was in him light and understanding and wisdom like that of the gods. « (Dan. 5:11).

Then Balthazar called him and said: « Are you Daniel, of the people of the deportation of Judah, brought from Judah by my father the king? I have heard that the spirit of the gods resides in you and that in you is light, intelligence and extraordinary wisdom. « (Dan. 5:13-14)

Daniel had already experienced a glorious hour in Babylon when he had explained the dreams of Nebuchadnezzar, and revealed their « secret », their « mystery ».

The Hebrew word for « secret » and « mystery » is רָז (raz). This word is of Persian origin, and it is only found in the Bible in the Book of Daniel alone. It is also found later in the Qumran texts. It may be used in various contextsi.

Nebuchadnezzar had defeated the kingdom of Judah and destroyed the temple of Jerusalem in ~587. However Daniel brought him to resignation by revealing “the mystery”.

The mystery takes on its full value, its true meaning, only when it is brought to light, when it is « revealed », as in the verse: « It is he who reveals the deep and hidden things. »(Dan. 2:22).

The Hebrew verb used for « reveal » is גָלָה (galah) which means: « To discover, to appear, to reveal, to make known ». But in a derived sense, it means: « To emigrate, to be taken into captivity, to be exiled, to be banished. » In the niphal form, “To be uncovered, to be naked; to reveal oneself, to be announced.”

For example, « Have the gates of death been opened to you? « (Job 38:17), « There God revealed himself to him. « (Gen. 35:7), « The glory of God will be manifested. « (Is. 40:5).

It is the « revelation » that constitutes the deep substance of the secret, its inner fabric, much more than the secret itself, which is only the external appearance. A secret forever buried in the depths of time would be like a seed that would never germinate.

And, in Hebrew, “to reveal” evokes another series of meanings, revolving around emigration, exile, banishment. A penetration of the secret, an entry into the mystery, evokes a departure to a foreign land, or even a deportation, like an exile to Babylon…

A child of exile, a deportee from Judah, « reveals » his own « secret » to the king who « exiled » his people, – and by doing so, who « discovered » Judah, who made it « appear ».

Irony and depth of words, which say more than they are meant to say.

The word גָלָה (galah), which means « to reveal » and « to emigrate », also reaches a sublime form of mystery. By linking « revelation » and « emigration », it deepens a mystery whose meaning it does not reveal.

i« Then the mystery (רָז ) was revealed to Daniel in a night vision. « (Dan. 2:19)

« He who reveals depths and secrets (רָז ) knows what is in the darkness, and the light dwells with him.  » (Dan. 2:22)

« The mystery (רָז ) that the king pursues, wise men, soothsayers, magicians and exorcists have not been able to discover it to the king. « (Dan. 2:27)

« But there is a God in heaven who reveals the mysteries (רָז ) and who has made known to King Nebuchadnezzar what is to happen at the end of days. Your dream and the visions of your head on your bed, here they are. « (Dan. 2:28)

« This mystery (רָז ) has been revealed to me, and I have no more wisdom than anyone else, for the sole purpose of letting the king know its meaning. « (Dan. 2:30)

« And the king said to Daniel: « Truly your god is the God of gods, and the master of kings, the revelator of mysteries (רָז ), since you were able to reveal the mystery (רָז ).  » (Dan. 2:47)

Agar a vu Dieu sept fois, et même plus encore


Agar, servante de Sara, conçoit – à la demande de cette dernière – un fils avec Abraham. Agar est ensuite chassée au désert par Sara qui tire aigreur de sa grossesse.

Le nom « Agar » veut dire « émigration ».

Enceinte et en fuite, elle rencontre un ange près d’un puits dans le désert.

Ce n’est pas la première fois qu’elle voit un ange.

Selon Rachi, Agar a vu des anges à quatre reprises dans la maison d’Abraham. Il précise « qu’elle n’en a jamais eu la moindre frayeur », car « elle était accoutumée à les voir ».

La rencontre d’Agar avec l’ange près du puits donne lieu à une scène curieuse. On assiste à un mystérieux échange verbal à propos d’au moins deux « visions ».

« Elle proclama le nom de l’Éternel [YHVH] qui lui avait parlé : « Tu es le Dieu [EL] de la vision car, dit-elle, n’ai-je pas vu, ici même, après que j’ai vu ? » C’est pourquoi on appela ce puits : « le puits du Vivant de ma vision » ; il se trouve entre Cadès et Béred. »i

Agar « proclame le nom de l’Éternel », non pas en prononçant ce nom même, qui est d’ailleurs imprononçable [YHVH], mais à l’aide d’une métaphore : « El Roÿ » (Dieu de la Vision).

Elle donne un nom (dicible) à la vision (indicible) qu’elle vient d’avoir.

Un peu plus tard, Agar appelle l’Éternel une seconde fois avec un autre nom encore: «Haÿ Roÿ » (Le Vivant de la Vision). C’est de ce deuxième nom qu’elle se sert pour nommer le puits.

Agar donne deux noms différents, de même qu’elle a eu deux visions successives.

Elle emploie en effet deux fois le mot « vision » et deux fois l’expression « j’ai vu ».

Elle dit avoir eu une vision après avoir eu la première (« N’ai-je pas vu, ici même, après que j’ai vu ? »).

Le premier nom qu’elle donne à l’Éternel est fort original. Elle est la seule personne, dans toute la Bible, à lui donner ce nom : « El Roÿ ».

Le second nom est tout aussi original : « Haÿ Roÿ ».

Voilà une servante chassée dans le désert par sa maîtresse. Elle a deux visions, et elle invente deux noms inédits de Dieu !

Le nom qu’elle donne à la seconde vision est « Le Vivant ». La vision est « vivante », elle ne disparaît pas comme un songe, elle vit dans son âme, comme l’enfant s’agite dans son sein.

Le texte, pris littéralement, indique que Agar a bien eu deux visions successives. Mais ce n’est pas si simple.

Rachi pousse plus loin l’analyse, dans son commentaire du verset 9 :

« L’ANGE DU SEIGNEUR LUI DIT. Pour chaque parole, c’était un autre ange qui lui avait été envoyé. C’est pourquoi pour chaque parole on répète le mot UN ANGE. »

Selon le texte de la genèse, l’ange prend la parole à quatre reprises.

Si l’on suit l’interprétation de Rachi, Agar a donc eu quatre visions correspondant à quatre anges différents.

Mais alors, si on ajoute les autres visions déjà vues dans la maison d’Abraham, également mentionnées par Rachi, Agar a eu au cours de sa vie au moins sept visions.

Alors ? Deux, quatre ou sept visions? Ou plus encore ? En tout cas, plusieurs.

L’ange qui parle la quatrième fois (ou le quatrième ange, selon Rachi) dit à Sara:

« Tu mettras au monde un fils, tu le nommeras Ismaël, parce que Dieu a entendu ton affliction. »ii

Ismaël peut en effet se traduire par « Dieu a entendu ».

Agar a vu une vision et a entendu une voix divine. Dieu, lui aussi, a « entendu » Agar.

Mais pourquoi le texte ne dit-il pas que Dieu a « vu » son affliction ?

Je propose l’interprétation suivante : Dieu « entend » et « voit » Agar, mais il ne la « voit » pas séparément de son fils à naître. « Voyant » ainsi la mère et le fils, l’une enceinte de l’autre, il n’y « voit » pas de raison d’affliction. Il « voit » plutôt en elle la vigoureuse poussée de vie à l’œuvre en son sein, et sa joie en germe.

L’affliction de Agar n’a en effet rien à voir avec sa grossesse, elle a tout à voir avec l’humiliation que lui impose Sara. C’est cette humiliation que Dieu a « entendue ».

Mais alors, pourquoi l’ange qui prend la parole la deuxième fois lui dit-il : « Retourne chez ta maîtresse et humilie-toi sous sa main. »iii ?

Pourquoi Dieu, qui a « entendu » l’affliction et l’humiliation de Agar, lui demande-t-il de retourner chez Abraham, et de s’humilier davantage encore ?

Dieu réserve aux affligés, aux humbles, aux humiliés, une grande gloire.

Agar a « vu » le Très-Haut, le Tout-Puissant, deux, quatre, sept fois. Ou même plus encore.

i Gen. 16, 13-14. J’ai traduit ces versets mot à mot, en m’aidant de plusieurs versions disponibles. La version de la Bible de Jérusalem, aux Éditions du Cerf, est presque inutilisable car elle se contente de reproduire pour le nom de Dieu une transcription de l’hébreu, et suggère de plus en note que le texte est sans doute « corrompu ». La traduction du Rabbinat français est meilleure mais elle ajoute des mots qui ne sont pas littéralement dans le texte original. Elle traduit la fin du verset 13 ainsi : « Tu es le Dieu de la vision car, dit-elle, n’ai-je pas revu, ici même, la trace du Dieu après que je l’ai vu ? ». Pour ma part je n’ai pas trouvé trace du mot « trace » dans le texte hébreu.]

ii Gen. 16, 11

iiiGen. 16,9