Seeing the « Hidden » God


Moses wearing a veil

The Hebrew word temounah has three meanings, says Maimonides.

Firstly, it refers to the shape or figure of an object perceived by the senses. For example: « If you make a carved image of the figure (temounah) of anything, etc., you are making an image of the shape or figure of an object perceived by the senses. « (Deut. 4:25)

Secondly, this word may be used to refer to figures, thoughts or visions that may occur in the imagination: « In thoughts born of nocturnal visions (temounah), etc.”, (Jb. 4:13). This passage from Job ends by using a second time this word: « A figure (temounah), whose features were unknown to me, stood there before my eyes. « (Jb. 4:16). This means, according to Maimonides, that there was a ghost before Job’s eyes while he was sleeping.

Finally, this word may mean the idea perceived by the intelligence. It is in this sense that one can use temounah when speaking of God: « And he beholds the figure (temounah) of the Lord. « (Num. 12:8). Maimonides comments: « That is to say, he contemplates God in his reality.” It is Moses, here, who ‘contemplates’ the reality of God. In another passage, again about Moses, God Himself says: « I speak to him face to face, in a clear appearance and without riddles. It is the image (temounah) of God himself that he contemplates. » (Numbers 12:8).

Maimonides explains: « The doctors say that this was a reward for having first ‘hidden his face so as not to look at God’ (Berakhot 7a) ». Indeed, one text says: « Moses hid his face, for he was afraid to look towards God.” (Ex. 3:6)

It is difficult to bring anything new after Maimonides and the doctors. But this word, whose image, vision and idea can be understood through its very amphibology, deserves a special effort.

The word temounah is written תְּמוּנָה (root מוּן ).

The letter taw, the initial of temounah, can be swapped with the other ‘t’ in the Hebrew alphabet, the teth ט, as is allowed in the Hebrew language, which is very lax in this respect. This gives a new word, which can be transcribed as follows: themounah. Curiously enough, the word thamana טָמַן, which is very close to it, means « to hide, to bury ».

One may argue that it’s just a play on words. But the salt of the matter, if one lends any virtue to the implicit evocations of the meaning of the words, is that Moses « hides » (thamana) his face so as not to see the temounah of God.

By hiding (thamana) his own face (temounah), Moses contemplates the figure (temounah) of God, which remains hidden from him (thamana).

What does this teach us?

It teaches us that the divine figure does not show itself, even to a prophet of the calibre of Moses. Rather, it shows that the divine figure stays hidden. But by hiding, it also shows that one can contemplate its absence, which is in fact the beginning of the vision (temounah) of its very essence (temounah).

By renouncing to see a temounah (an image), one gains access to the temounah of the temounah (the understanding of the essence).

Through this riddle, hopefully, one may start to get access to God’s temounah.

It is also a further indication that God is indeed a hidden God. No wonder it is difficult to talk about His existence (and even more so about His essence) to ‘modern’ people who only want to « see » what is visible.

Voir le Dieu ‘caché’


Le mot hébreu temounah possède trois sens, dit Maïmonide.

D’abord il se dit de la forme ou de la figure d’un objet perçu par les sens. Par exemple : « Si vous faîtes une image taillée de la figure (temounah) de quoi que ce soit etc. » (Dt. 4,25)

Ensuite ce mot se dit des figures, des pensées ou des visions qui peuvent se produire dans l’imagination: « Dans les pensées nées de visions (temounah) nocturnes, etc. » (Jb. 4,13). Ce passage de Job se termine en employant une seconde fois ce mot: « Une figure (temounah), dont les traits m’étaient inconnus, se tint là sous mes yeux. » (Jb. 4,16). Cela signifie, explique Maïmonide, qu’il y avait un fantôme devant les yeux de Job, pendant son sommeil.

Enfin ce mot signifie l’idée perçue par l’intelligence. C’est dans ce sens que l’on peut employer temounah en parlant de Dieu : « Et il contemple la figure (temounah) de l’Éternel. » (Nb. 12,8). Maïmonide commente : « C’est-à-dire qu’il contemple Dieu dans sa réalité. » C’est Moïse, ici, dont il s’agit, et qui ‘contemple’ la réalité de Dieu. Dans un autre passage Dieu en personne déclare, toujours à propos de Moïse : « Je lui parle face-à-face, dans une claire apparition et sans énigmes. C’est l’image (temounah) de Dieu même qu’il contemple. » (Nb. 12,8)

Maïmonide explique à ce sujet : « Les docteurs disent que c’était là une récompense pour avoir d’abord ‘caché son visage afin de ne pas regarder vers Dieu’ (Berakhot 7a) ». En effet, un texte dit : « Moïse cacha son visage, car il craignait de regarder vers Dieu. » (Ex. 3,6)

Il est difficile d’apporter du nouveau après Maïmonide et les docteurs. Mais ce mot dont l’amphibologie permet de signifier l’image, la vision et l’idée mérite qu’on fasse un effort spécial.

Le mot temounah s’écrit תְּמוּנָה (racine מוּן ).

La lettre taw, initiale de temounah peut être permutée avec l’autre ‘t’ de l’alphabet hébreu, le teth ט, ainsi que l’autorise la langue hébraïque, fort laxiste en la matière. Cela donne un nouveau mot, que l’on peut transcrire ainsi : themounah. Chose fort curieuse, le mot thamana טָמַן, qui s’en rapproche, signifie « cacher, enfouir ».

Ce n’est qu’un jeu de mots. Mais le sel de l’affaire, si l’on prête quelque vertu aux évocations implicites du sens des mots, est donc que Moïse « cache » (thamana) son visage pour ne pas voir la temounah de Dieu.

En se cachant (thamana) le visage (temounah), Moïse contemple la figure (temounah) de Dieu, qui lui reste cependant cachée (thamana).

Qu’est-ce que cela nous enseigne ?

Cela nous enseigne que la figure divine ne se donne pas à voir, même à un prophète du calibre de Moïse, mais bien plutôt qu’elle donne à voir qu’elle se cache. Mais en se cachant, elle donne aussi à voir que l’on peut contempler son absence, qui est le commencement de la vision (temounah) de son idée même (temounah).

En renonçant à la temounah on accède à la temounah et à la temounah.

Et c’est cela même, l’essence de sa temounah.

Par ailleurs, c’est aussi une indication supplémentaire que Dieu est bien un Dieu caché. Pas étonnant qu’on ait du mal à parler de son existence aux ‘modernes’ qui ne voient que ce qui est visible.