Death in the Palaeolithic and the Future of Mankind


The world would have been created about 6000 years ago, according to Jewish tradition. However, modern science estimates that the Big Bang took place 13.8 billion years ago. These both claims seem contradictory. But it is easy to retort that the biblical years could just be metaphors. Moreover, the alleged age of the Big Bang is itself questionable. Our universe may have had earlier forms of existence, impossible to observe from our present position in space-time, because the cosmological horizon forms an impenetrable barrier.

Science has its own intrinsic limits. It can definitely not go beyond the walls of the small cosmological jar in which we are enclosed, apparently. What about the meta-cosmic oceans which undoubtedly exist beyond the horizons perceived by current science?

For those who nevertheless seek to contemplate the possibility of origins, there are other ways of meditation and reflection. Among these is the exploration of the depth of the human soul, which in a sense goes beyond the dimensions of the cosmological field.

When Abraham decided to emigrate from Ur in Chaldea, around the 12th century BC, it was already more than two thousand years that Egypt observed a religion turned towards the hope of life after death. Ancient Egyptians worshiped a unique God, Sovereign of the Universe, Creator of the world, Guardian of all creation. Archaeological traces of funerary rites testify to this, which have been discovered in Upper Egypt, and which date from the 4th millennium BC.

But can we go even further back into the past of mankind?

Can we question the traces of prehistoric religions in order to excavate what is meta-historical, and even meta-cosmic?

In the caves of Chou-Kou-Tien, or Zhoukoudian according to the Pinyin transcription, 42km from Beijing, archaeologists (including Pierre Teilhard de Chardin) discovered the remains of hominids in 1926. They were given the name Sinanthropus pekinensis, then Homo erectus pekinensis. Dating is estimated at 780,000 years. These hominids mastered hunting, tool making and fire. They managed to live for hundreds of thousands of years and to face successive periods of glaciation and warming. The successive geological strata that contain their remains and those of animals from those distant times bear witness to this.

The geological earth is like a memorial and trans-generational Noah’s Ark.

Skulls have been found at the Chou-Kou-Tien site, but none of the other bones of the human skeleton. According to some interpretations, these are therefore the remains of cannibal feasts, carried out for religious purposes.

“The bodies had been decapitated after death, buried until they had decomposed, and the heads were then carefully preserved for ritual purposes, doubtless, as in Borneo today, because in them it was supposed that soul’substance resided having the properties of a vitalizing agent. As the skulls show signs of injuries they may have been those of victims who had been killed and their crania broken open in order to extract the brain for sacramental consumption. If this were so, probably they represent the remains of cannibal feasts, organized cannibalism in that case having been an established feature of the cult of the dead in the Mid-Pleistocene in North China in which the cutting off and preservation of the head, skull or scalp was a prominent feature during or after the sacred meal, either to extract its soul substance or as a trophy.”i

This theory takes on more weight if we consider a number of other discoveries in other parts of the world.

In the caves of Ofnet in Bavaria, 33 prehistoric skulls have been discovered, arranged « like eggs in a basket », as one of the discoverers put it. Of these skulls, 27 of them were covered in red ochre and facing west. It has been established that the skulls were detached from the bodies with the help of carved flints.

The manner in which the skulls were detached from the skeleton and the traces of trepanation suggest that the brains were ritually extracted and probably consumed during funeral meals, as a sign of « communion » with the dead.

This cannibalism would therefore not be directed against enemy hordes. Moreover, on the same site, 20 children’s skeletons adorned with snail shells, 9 women’s skeletons with deer tooth necklaces, and 4 adult men’s skeletons were found. This reinforces the idea of funeral ceremonies.

In Jericho, 7 skulls were found whose features had been cast in plaster and then carefully decorated with shells (cowries and bivalves representing the eyelids, vertical slits simulating the pupil of the eye).ii

In Switzerland, in the Musterian Caves of Drachenloch, a set of bear heads looking to the east has been found, and in Styria, in Drachenhöhle, a Musterian pit with 50 bear femurs also looking to the east.

Similar traces of ritual burial have been found in Moustier (Dordogne), La Chapelle-aux-Saints (Corrèze) and La Ferrassie (Dordogne).iii

It can be deduced from these and many other similar facts, that in the Palaeolithic, for probably a million years, and perhaps more, the cult of the dead was observed according to ritual forms, involving forms of religious belief. Certain revealing details (presence of tools and food near the buried bodies) allow us to infer that hominids in the Palaeolithic believed in survival after death.

In these caves and caverns, in China or Europe, Palaeolithic men buried their dead with a mixture of veneration, respect, but also fear and anxiety for their passage into another world.

From this we can deduce that, for at least a million years, humanity has been addressing an essential question: what does death mean for the living? How can man live with the thought of death?

For a thousand times a thousand years these questions have been stirring the minds of men. Today’s religions, which appeared very late, what sort of answers do they bring ?

From a little distanced point of view, they bring among other things divisions and reciprocal hatreds, among peoples packed into the narrow anthropological space that constitutes our cosmic vessel.

None of today’s religions can reasonably claim the monopoly of truth, the unveiling of mystery. It is time to return to a deeper, more original intuition.

All religions should take as their sacred duty the will to ally themselves together, to face in common the mystery that surpasses them entirely, encompasses them, and transcends them.

Utopia? Indeed.

iE.O. James, Prehistoric Religion, (1873), Barnes and Nobles, New York, 1957, p.18

iiKinyar. Antiquity, vol 27, 1953, quoted by E.O. James, Prehistoric Religion, (1873), Barnes and Nobles, New York, 1957

iiiE.O. James, Prehistoric Religion, (1873), Barnes and Nobles, New York, 1957

Le testament paléolithique (Ce qui vit au-delà du temps)


Selon certaines interprétations transmises par la religion juive, le monde aurait été créé par Dieu il y a environ 6000 ans. La science moderne estime que le Big Bang a eu lieu il y a 13,8 milliards d’années. Ces chiffres ne sont pas nécessairement contradictoires, les années bibliques pouvant être métaphoriques. D’ailleurs, pourquoi l’âge de l’univers coïnciderait-il nécessairement avec celui du Big Bang? L’univers a peut-être eu d’autres formes d’existence antérieures, impossibles à observer, l’horizon cosmologique formant une barrière impénétrable.

Pour qui veut s’éloigner des passions transitoires des hommes, la profondeur des âges reculés est source d’inspiration. L’astronomie, la cosmologie, la géologie, la climatologie, sciences des temps longs, mettent en lumière la fugacité des vies humaines. L’archéologie ou l’anthropologie des religions sont aussi porteuses de leçons de relativité, quoique travaillant sur des échelles de temps beaucoup plus réduites, bien inférieures à la durée totale de l’hominisation, et plus inférieures encore, de plusieurs ordres de grandeur, à la durée estimée de l’existence de l’univers. Mais elles témoignent de l’étrange permanence de mythes permettant à l’homme de transcender l’idée même du temps.

Au moment où Abraham décida d’émigrer d’Ur en Chaldée, vers le 12ème siècle av. J.-C., il y avait plus de deux mille ans déjà que l’Égypte observait une religion tournée vers l’espérance d’une vie après la mort, et vénérait un Dieu créateur du monde, gardien de l’univers. Des traces archéologiques de rites funéraires en font foi, qui ont été découvertes en Haute Égypte, et qui datent du 4ème millénaire av. J.-C..

Peut-on remonter plus haut encore dans l’histoire du fait religieux dans l’humanité, et se faire quelque idée des formes de « religion préhistorique » ayant laissé des traces, aussi élusives soient-elles?

A 42km de Pékin, dans les grottes de Chou-Tou-Kien, ou Zhoukoudian selon la transcription Pinyin, des archéologues (dont un certain Pierre Teilhard de Chardin) ont découvert en 1926 des restes d’hominidés. On leur attribua le nom de Sinanthropus pekinensis, changé plus tard en Homo erectus pekinensis. La datation est estimée à 780 000 ans. Ces hominidés maîtrisaient la chasse, la fabrication d’outils et le feu. Ils ont surtout prouvé être suffisamment adaptés pour survivre, pendant des centaines de milliers d’années, à des périodes successives de glaciation et de réchauffement. Dans les mêmes strates géologiques, on a découvert de nombreux restes d’animaux qui paraissent comme une Arche de Noé mémorielle et transgénérationnelle.

Quel rapport avec la religion ? Un rapport ténu, mais tenace. On n’a retrouvé sur le site funéraire de Chou-Tou-Kien que des crânes, et presque aucun des autres os du squelette humain. Il pourrait donc s’agir, selon certaines interprétations autorisées, de traces de festins cannibales, ou de cérémonies religieuses.

De nombreuses découvertes similaires, réparties dans d’autres régions du globe, appuient ces hypothèses.

Dans les grottes d’Ofnet, en Bavière, on a découvert 33 crânes préhistoriques, rangés « comme des œufs dans un panier », selon la formule d’une des découvreurs. Parmi ces crânes, 27 d’entre eux étaient couverts d’ocre rouge et orientés vers l’ouest. On a pu établir que les crânes avaient été soigneusement détachés des corps à l’aide de silex taillés.

La manière dont les crânes ont été détachés du squelette et la trace de trépanations permettent l’hypothèse que les cerveaux ont été extraits rituellement et sans doute consommés lors de repas funéraire, en signe de « communion » avec les morts.

Il ne s’agissait pas d’un cannibalisme « sauvage » s’appliquant à des éléments capturés parmi des hordes ennemies. Sur le même site, ont en effet été trouvés à proximité 20 squelettes d’enfants, parés de coquilles d’escargot, 9 squelettes de femmes avec des colliers de dents de cerf, et 4 squelettes d’homme adultes.

A Jéricho, on a trouvé 7 crânes dont les traits avaient été moulés dans du plâtre, puis soigneusement décorés de coquillages (des cauris et des bivalves représentant les paupières, des fentes verticales simulant la pupille de l’œil)i.

En Suisse, dans les grottes moustériennes de Drachenloch, on a trouvé un ensemble de têtes d’ours regardant l’orient, et en Styrie, à Drachenhöhle, une fosse moustérienne avec 50 fémurs d’ours également tournés vers l’orient.

Des traces similaires d’inhumation rituelle ont été découvertes à Moustier (Dordogne), à La Chapelle-aux-Saints (Corrèze) et à La Ferrassie (Dordogne)ii.

On peut déduire de ces faits et de bien d’autres similaires, qu’au Paléolithique, depuis sans doute un million d’années, et peut-être plus encore, le culte des morts était observé selon des formes rituelles et « religieuses ». Certains détails révélateurs (présence d’outils et de nourriture près des corps ensevelis) permettent d’inférer que les hominidés du Paléolithique croyaient en une survie après la mort.

Dans ces cavernes, ces grottes, en Chine ou en Europe, des hommes du Paléolithique enterraient leurs morts avec un mélange de vénération, de respect, mais aussi de crainte et d’inquiétude pour leur passage dans un autre monde.

Qu’est-ce qu’un million d’années ? Pas grand chose, rapporté à l’âge de l’univers. Mais aussi une mémoire immense, totale, accumulée dans la substance des générations humaines.

Le temps n’entre pas en ligne de compte ici. Il n’a plus de pertinence, dans une question qui le nie. Une question que, depuis son origine, l’humanité se pose: que signifie la mort pour les vivants? Comment vivre avec la pensée de la mort ?

Depuis plus de mille fois mille ans les hommes savent qu’ils doivent mourir. Et depuis tout ce temps, si court géologiquement parlant, quelques d’entre eux ont aussi su, avec une certitude absolue, ce qui vit au-delà du temps.

iKinyar. Antiquity, vol 27, 1953, cité par E.O. James, La religion préhistorique.

iiE.O. James, La religion préhistorique.

De la mort au Paléolithique à la survie de l’Homme moderne


Le monde aurait été créé il y a environ 6000 ans, selon la tradition juive. La science moderne estime que le Big Bang a eu lieu il y a 13,8 milliards d’années. Ces allégations paraissent contradictoires. Mais il est aisé de rétorquer que les années bibliques pourraient n’être que des métaphores. D’ailleurs, l’âge prétendu du Big Bang est lui-même sujet à caution. Notre univers a peut-être eu des formes d’existence antérieures, impossibles à observer depuis notre position actuelle dans l’espace-temps, car l’horizon cosmologique forme une barrière impénétrable.

La science a ses propres limites intrinsèques. Elle ne peut décidément dépasser les parois du petit bocal cosmologique dans lequel nous sommes enfermés, apparemment. Quid des océans méta-cosmiques qui existent sans doute, au-delà des horizons perçus par la science actuelle.

Pour qui cherche, néanmoins, à contempler la possibilité des origines, il existe d’autres voies de méditation. Parmi celles-ci, l’exploration de la profondeur de l’âme humaine, qui dépasse en un sens les dimensions du champ cosmologique.

Au moment où Abraham décida d’émigrer d’Ur en Chaldée, vers le 12ème siècle av. J.-C., il y avait plus de deux mille ans déjà que l’Égypte observait une religion tournée vers l’espérance d’une vie après la mort, et vénérait un Dieu créateur du monde, gardien de l’univers. Des traces archéologiques de rites funéraires en font foi, qui ont été découvertes en Haute Égypte, et qui datent du 4ème millénaire av. J.-C..

Peut-on remonter plus haut encore dans le passé de l’humanité ?

Peut-on interroger les traces des religions préhistoriques pour fouiller ce qui relève de la méta-histoire, et même du méta-cosmique ?

A 42km de Pékin, dans les grottes de Chou-Kou-Tien, ou Zhoukoudian selon la transcription Pinyin, des archéologues (dont un certain Pierre Teilhard de Chardin) ont découvert en 1926 des restes d’hominidés. On leur attribua le nom de Sinanthropus pekinensis, puis d’Homo erectus pekinensis. La datation est estimée à 780 000 ans. Ces hominidés maîtrisaient la chasse, la fabrication d’outils et le feu. Ils ont réussi à vivre, pendant des centaines de milliers d’années, et à affronter des périodes successives de glaciation et de réchauffement. En témoignent les strates géologiques successives qui contiennent leurs restes et ceux d’animaux datant de ces temps lointains.

La terre, Arche de Noé mémorielle et transgénérationnelle.

On a retrouvé sur le site de Chou-Kou-Tien des crânes, mais aucun des autres os du squelette humain. Il s’agirait donc, selon certaines interprétations, de restes de festins cannibales, effectués à des fins religieuses.

Cette théorie prend plus de poids si on se représente un ensemble de nombreuses autres découvertes, réparties dans d’autres régions du globe.

Dans les grottes d’Ofnet, en Bavière, on a découvert 33 crânes préhistoriques, rangés « comme des œufs dans un panier », selon la formule d’un des découvreurs. Parmi ces crânes, 27 d’entre eux étaient couverts d’ocre rouge et orientés vers l’ouest. On a pu établir que les crânes avaient été détachées des corps à l’aide de silex taillés.

La manière dont les crânes ont été détachés du squelette et la trace de trépanations permettent l’hypothèse que les cerveaux ont été extraits rituellement et sans doute consommés lors de repas funéraire, en signe de « communion » avec les morts.

Ce cannibalisme ne serait donc pas dirigé contre des hordes ennemies. D’ailleurs, sur le même site, ont été trouvés 20 squelettes d’enfants, parés de coquilles d’escargot, 9 squelettes de femmes avec des colliers de dents de cerf, et 4 squelettes d’homme adultes. Cela renforce l’idée de cérémonies funéraires.

A Jéricho, on a trouvé 7 crânes dont les traits avaient été moulés dans du plâtre, puis soigneusement décorés de coquillages (des cauris et des bivalves représentant les paupières, des fentes verticales simulant la pupille de l’œil)i.

En Suisse, dans les grottes moustériennes de Drachenloch, on a trouvé un ensemble de têtes d’ours regardant l’orient, et en Styrie, à Drachenhöhle, une fosse moustérienne avec 50 fémurs d’ours également tournés vers l’orient.

Des traces similaires d’inhumation rituelle ont été découvertes à Moustier (Dordogne), à La Chapelle-aux-Saints (Corrèze) et à La Ferrassie (Dordogne)ii.

On peut déduire de ces faits et de bien d’autres similaires, qu’au Paléolithique, depuis sans doute un million d’années, et peut-être plus encore, le culte des morts était observé selon des formes rituelles, impliquant des formes de croyances religieuses. Certains détails révélateurs (présence d’outils et de nourriture près des corps ensevelis) permettent d’inférer que les hominidés du Paléolithique croyaient en une survie après la mort.

Dans ces cavernes et ces grottes, en Chine ou en Europe, des hommes du Paléolithique enterraient leurs morts avec un mélange de vénération, de respect, mais aussi de crainte et d’inquiétude pour leur passage dans un autre monde.

On en déduit que, depuis au moins un million d’années, l’humanité se penche sur une question essentielle : que signifie la mort pour les vivants ? Comment vivre avec la pensée de la mort ?

Depuis mille fois mille ans ces questions agitent l’esprit des hommes. Les religions d’aujourd’hui, fort tard apparues, qu’apportent-elles de nouveau ?

Pour l’observateur, un peu distancié, elles apportent surtout divisions et haines réciproques, dans l’étroit espace anthropologique qui constitue notre vaisseau cosmique.

Il est temps de revenir à une intuition plus profonde, plus originaire. Aucune des religions actuelles ne peut prétendre au monopole de la vérité, au dévoilement du mystère.

Toutes, je dis bien toutes, devraient prendre pour devoir sacré la volonté de s’allier toutes ensembles, pour affronter en commun le mystère qui les dépasse entièrement, les englobe, et les transcende.

iKinyar. Antiquity, vol 27, 1953, cité par E.O. James, La religion préhistorique.

iiE.O. James, La religion préhistorique.