YHVH and AI


« Leshan Giant Buddha« , built during the Tang dynasty (618–907)

At the time of the introduction of Indian Buddhism in China, the scholars of the Chinese Empire, confronted with the arrival of new ‘barbaric words’ (i.e. the sacred names and religious terms inherited from Buddhism) considered it preferable not to translate them. They chose to only transliterate them.

A tentative translation into the Chinese language would have given these terms, it was thought, a down-to-earth, materialistic sound, hardly likely to inspire respect or evoke mystery.

Much later, in the 19th century, a sinologist from Collège de France, Stanislas Julien, developed a method to decipher Sanskrit names as they were (very approximately) transcribed into Chinese, and provided some examples.

« The word Pou-ti-sa-to (Bôdhisattva) translated literally as ‘Intelligent Being’ would have lost its nobility and emphasis; that is why it was left as veiled in its Indian form. The same was done for the sublime names of the Buddha, which, by passing in a vulgar language, could have been exposed to the mockery and sarcasm of the profane.”i

There are words and names that must definitely remain untranslated, not that they are strictly speaking untranslatable, but their eventual translation would go against the interest of their original meaning, threaten their substance, undermine their essence, and harm the extent of their resonance, by associating them – through the specific resources and means of the target language – with semantic and symbolic spaces more likely to deceive, mislead or mystify, than to enlighten, explain or reveal.

Many sacred names of Buddhism, originally conceived and expressed in the precise, subtle, unbound language that is Sanskrit, have thus not been translated into Chinese, but only transcribed, based on uncertain phonetic equivalences, as the sound universe of Chinese seems so far removed from the tones of the Sanskrit language.

The non-translation of these Sanskrit words into Chinese was even theorized in detail by Xuanzang (or Hiouen-Thsang), the Chinese Buddhist monk who was, in the 7th century AD, one of the four great translators of the Buddhist sutra.

« According to the testimony of Hiuen-Thsang (玄奘 ), the words that should not be translated were divided into five classes:

1°) Words that have a mystical meaning such as those of the Toloni (Dharanîs) and charms or magic formulas.

2°) Those that contain a large number of meanings such as Po-Kia-Fan (Bhagavan), « which has six meanings ».

3°) The names of things that do not exist in China, such as the trees Djambou, Bhôdhidrouma, Haritaki.

4°) Words that we keep out of respect for their ancient use, for example the expression Anouttara bôdhi, « superior intelligence ».

5°) Words considered to produce happiness, for example Pan-jo (Prodjna), « Intelligence ». »ii

Far from being seen as a lack of the Chinese language, or a lack of ideas on the part of Chinese translators, the voluntary renunciation to translate seems to me to be a sign of strength and openness. Greek once allowed the Romance languages to duplicate each other, so to speak, by adding to the concrete semantic roots of everyday life the vast resources of a language more apt for speculation; similarly, Chinese has been able to incorporate as it stands some of the highest, abstract concepts ever developed in Sanskrit.

There is a general lesson here.

There are compact, dense, unique words that appeared in a specific culture, generated by the genius of a people. Their translation would, despite efforts, be a radical betrayal.

For example, the Arabic word « Allah » literally means « the god » (al-lah). Note that there are no capital letters in Arabic. There can be no question of translating « Allah » into English by its literal equivalent (« the god »), as it would then lose the special meaning and aura that the sound of the Arabic language gives it. The liquid syllabes that follow one another, the alliterative repetition of the definite article, al, “the”, merging with the word lah, « god », create a block of meaning without equivalent, one might think.

Could, for instance, the famous Koranic formula « Lâ ilaha ilâ Allâh » proclaiming the oneness of God be translated literally in this way: « There is no god but the god »?

If this translation is considered too flat, should we try to translate it by using a capital letter: “There is no god but God” ?

Perhaps. But then what would be particularly original about this Islamic formula? Judaism and Christianity had already formulated the same idea, long before.

But the preservation of the proper name, Allah, may, on the other hand, give it a perfume of novelty.

The Hebrew word יהוה (YHVH) is a cryptic and untranslatable name of God. It offers an undeniable advantage: being literally untranslatable, the question of translation no longer arises. The mystery of the cryptogram is closed by construction, as soon as it appears in its original language. One can only transcribe it later in clumsy alphabets, giving it even more obscure equivalents, like “YHVH”, which is not even a faithful transcription of יהוה, or like “Yahweh”, an imaginary, faulty and somewhat blasphemous transcription (from the Jewish point of view).

But, paradoxically, we come closer, by this observation of impotence, to the original intention. The transcription of the sacred name יהוה in any other language of the world, a language of the goyim, gives it de facto one or more additional, potential layers of depth, yet to be deciphered.

This potential depth added (in spite of itself) by other languages is a universal incentive to navigate through the language archipelagos. It is an invitation to overcome the confusion of Babel, to open to the idiomatic lights of all the languages of the world. We may dream, one day, of being able to understand and speak them all, — through some future, powerful AI.

Some words, such as יהוה, would still be properly untranslatable. But, at least, with the help of AI, we would be able to observe the full spectrum of potential semantic or symbolic “equivalences”, in the context of several thousands of living or dead languages.

I bet that we will then discover some gold nuggets, waiting for us in the collective unconscious.

_______________

iMéthode pour déchiffrer et transcrire les noms sanscrits qui se rencontrent dans les livres chinois, à l’aide de règles, d’exercices et d’un répertoire de onze cents caractères chinois idéographiques employés alphabétiquement, inventée et démontrée par M. Stanislas Julien (1861)

iiHoeï-Li and Yen-Thsang. Histoire de la vie de Hiouen-Thsang et de ses voyages dans l’Inde : depuis l’an 629 jusqu’en 645, par, Paris, Benjamin Duprat,‎ 1853 .

YHVH, Allah et l’IA


Un sinologue du Collège de France, Stanislas Julien, a développé au 19ème siècle une méthode pour déchiffrer les noms sanskrits tels qu’ils ont été (approximativement) transcrits en chinois. Les lettrés de l’Empire, confrontés à l’arrivée de mots barbares, ont jugé préférable, en effet, de ne pas traduire, à l’époque de leur introduction en Chine, les noms sacrés ou les termes religieux hérités du bouddhisme indien. La langue chinoise leur eût donné, pensa-t-on, une sonorité terre-à-terre ou bien une sorte de matérialisme, peu propre à inspirer le respect ou à évoquer le mystère.

« Le mot Pou-ti-sa-to (Bôdhisattva) traduit littéralement par « Être intelligent » eût perdu de sa noblesse et de son emphase ; voilà pourquoi on l’a laissé comme voilé sous sa forme indienne. On a fait de même pour les noms sublimes du Bouddha qui, en passant dans une langue vulgaire, eussent pu être exposés à la risée et aux sarcasmes des profanes. »i

Il y a des mots et des noms qui doivent décidément rester non-traduits, non pas qu’ils soient à proprement parler intraduisibles, mais leur éventuelle traduction irait au fond contre l’intérêt de leur sens originaire, menacerait leur substance, minerait leur essence, et nuirait à l’ampleur de leurs résonances, en les associant – par les ressources et les moyens spécifiques de la langue cible – à des espaces sémantiques et symboliques plus propres à tromper, égarer ou mystifier, qu’à éclairer, expliquer ou révéler.

De nombreux noms sacrés du bouddhisme, conçus et exprimés originairement dans la langue précise, subtile, déliée, qu’est le sanskrit, n’ont donc pas été traduits en chinois, mais seulement transcrits, en se basant sur des équivalences phonétiques incertaines, tant l’univers sonore du chinois semble éloigné des tonalités de la langue sanskrite.

La non-traduction de ces mots sanskrits en chinois a même été théorisée en détail par Xuanzang (ou Hiouen-Thsang), le moine bouddhiste chinois qui fut , au 7ème siècle ap. J.-C, l’un des quatre grands traducteurs des soutras bouddhiques.

« D’après le témoignage de Hiouen-Thsang (玄奘 ), les mots qu’on devrait éviter de traduire étaient divisés en cinq classes :

1°) Les mots qui ont un sens mystique comme ceux des Toloni (Dharanîs) et les charmes ou formules magiques.

2°) Ceux qui renferment un grand nombre de significations comme Po-Kia-Fan (Bhagavan), « qui a six sens ».

3°) Les noms de choses qui n’existent pas en Chine, comme les arbres Djambou, Bhôdhidrouma, Haritaki.

4°) Les mots que l’on conserve par respect pour leur antique emploi, par exemple l’expression Anouttara bôdhi, « l’Intelligence supérieure ».

5°) Les mots considérés comme produisant le bonheur, par exemple Pan-jo (Prodjna), « l’Intelligence ». »ii

Loin d’être un manque à la langue, ou à l’idée, le renoncement volontaire à traduire me paraît le signe d’une force et d’une ouverture. Le grec a permis jadis aux langue romanes de se dédoubler, en quelque sorte, en ajoutant aux racines concrètes de la vie quotidienne, les vastes ressources d’une langue plus apte à la spéculation ; de même, le chinois a su incorporer tels quels certains des concepts les plus élevés jamais élaborés en sanskrit.

Il y a là une leçon générale.

Il existe des mots compacts, denses, uniques, apparus dans une culture spécifique, engendrés par le génie d’un peuple. Leur traduction serait, malgré les efforts, une radicale trahison.

Par exemple, le mot arabe « Allah » signifie littéralement « le dieu » (al-lah). Notons qu’il n’y a pas de majuscule dans la langue arabe. Il ne peut être question de traduire « Allah » en français par son équivalent littéral (« Ledieu« ), car il perdrait alors le sens spécial et l’aura que la sonorité de la langue arabe lui donne. Les liquides qui s’enchaînent, le redoublement allitératif de l’article défini, al, venant fusionner avec le mot lah, « dieu », créent un bloc de sens sans équivalent, peut-on penser.

Pourrait-on traduire littéralement la célèbre formule coranique proclamant l’unicité de Dieu, de cette manière : « Il n’y a de dieu que le dieu » ?

Si cette formule est jugée plate, devrait-on essayer de traduire en empruntant une majuscule au français : « Il n’y a de dieu que Dieu » ?

Peut-être. Mais alors qu’est-ce que cette formule islamique aurait de particulièrement original ? Le judaïsme et le christianisme avait déjà formulé la même idée, bien avant, avec leur force propre.

Mais la préservation du nom propre, Allah, peut lui conférer, en revanche, un parfum de nouveauté.

Le mot hébreu יהוה (YHVH) est un nom cryptique et intraduisible de Dieu. Il offre un avantage indéniable: étant littéralement intraduisible, la question de la traduction ne se pose donc plus. Le mystère du cryptogramme est clos par construction, dès son apparition dans sa langue d’origine. On ne peut que le transcrire par la suite dans des alphabets maladroits, lui donnant des équivalents plus obscurs encore, comme YHVH, qui n’est même pas une fidèle transcription de יהוה, ou comme Yahvé, transcription imaginaire, fautive et quelque peu blasphématoire (du point de vue juif).

Mais, ô paradoxe, on se rapproche, par ce constat d’impuissance, de l’intention première. La transcription du nom sacré יהוה dans une langue quelconque, une langue du monde, une langue de goyim, lui apporte de facto une ou plusieurs couches supplémentaires de profondeur.

Cette profondeur ajoutée (malgré elle) par la langue est en soi une incitation à naviguer au long cours à travers les archipels langagiers, à longer les continents du mystère. Il est une invitation, non au rêve avorté de Babel, mais à l’ouverture aux mille éclats, aux feux de toutes les langues du monde, qu’on peut rêver, un jour, de pouvoir comprendre et parler toutes, — par le biais de quelque IA future.

iMéthode pour déchiffrer et transcrire les noms sanscrits qui se rencontrent dans les livres chinois, à l’aide de règles, d’exercices et d’un répertoire de onze cents caractères chinois idéographiques employés alphabétiquement, inventée et démontrée par M. Stanislas Julien (1861)

iiHistoire de la vie de Hiouen-Thsang et de ses voyages dans l’Inde : depuis l’an 629 jusqu’en 645, par Hoeï-Li et Yen-Thsang, Paris, Benjamin Duprat,‎ 1853 . (Trad. Stanislas Julien)