Comment peut-on être (un poète) persan ?

Flânant ce matin à travers les pages du célèbre Divan de Hâfez, qui ont été fort diversement traduites, par des savants comme Vincent-Mansour Monteil ou Charles-Henri de Fouchécour, j’ai été vraiment frappé de l’extrême difficulté qu’il semble y avoir à traduire l’esprit de ces textes anciens, opaques et lumineux.

A titre d’exemple, voici plusieurs traductions du ghazal 88 de Hafez. J’en cite trois différentes, dont une en anglais. Elles me paraissent toutes insuffisantes, pour plusieurs raisons, que j’expliquerai une autre fois.

Mais pour faire comprendre ma frustration, je propose à la suite – en toute immodestie – la mienne propre, m’efforçant de rester fidèle au sens caché par Hâfez, et de garder le « Gardien » (Hâfiz).

i have heard the sublime words of the canaan elder:
separation from the friend cannot be described!

the terror of resurrection that the preacher talks about,
is a metaphor for what he said of separation’s anguish.

(B. Gannett)

J’ai entendu une bonne parole

qui vient du vieux Jacob de Canaan.

Se séparer de l’ami est pénible,

au point que c’est une chose indicible.

(Monteil)

J’ai entendu une belle parole dite par le vieillard de Canaan :

« La séparation du Compagnon n’est pas chose portant à parler. »

( Fouchécour)

J’ai compris la belle parole de l’Ancien de Canaan.

Se séparer de l’Ami est indicible.

(Ph.Q)

from where do i get some truth about the departed friend,
when what the chatty wind has to say is all confused?

alas, that the cruel and unkind moon- the enemy’s lover,
has so glibly spoken of abandoning his own friends!

(B. Gannett)

L’histoire de la peur du jugement,

dont a parlé le prêcheur de la ville,

Fait allusion au temps de la séparation.

Qui pourrait me dire comment va l’ami parti en voyage,

Lorsque les murmures du vent matinal sont confus et vagues ?

(Monteil)

Le récit de l’effroi au jugement dernier, que fit le prédicateur de la ville,

est une métaphore qu’il a dite sur le temps de la séparation.

A qui demanderai-je en vérité un signe du Compagnon parti en voyage ?

Car tout ce que dit le zéphyr messager, il le dit en propos échevelés.

( Fouchécour)

La terreur du Jugement, dont le prêcheur a parlé,

n’est qu’une image de l’angoisse, de l’absence.

Où est vraiment l’Ami éloigné ?

Le vent bavard est silencieux sur ce sujet.

(Ph.Q)

alas, that the cruel and unkind moon- the enemy’s lover,
has so glibly spoken of abandoning his own friends!

(B. Gannett)

Las ! Cette beauté inconstante

est sans pitié : elle a rompu

Tous ses liens avec ses amis,

et cela avec quelle aisance !

(Monteil)

Hélas, cette Lune ingrate, amie de l’ennemi,

a renoncé avec quelle facilité, à fréquenter Ses propres compagnons !

( Fouchécour)

Hélas, la Lune oublieuse, désertant à l’ennemi,

a aisément dupé et abandonné ses amis

(Ph.Q)

my station of contentment, after all, is thanks to the rival:
the heart has accepted your pain, and forsaken remedy.

(B. Gannett)

Dès lors, moi je reste soumis,

ce qui contente l’adversaire,

Car pour moi qui souffre par toi,

la cure n’est pas nécessaire.

(Monteil)

Après cela me voici à l’étape du consentement, louant Ton gardien,

car le cœur s’est habitué à souffrir de Toi, il a renoncé au Remède.

( Fouchécour)

Après tout, je suis content, je remercie ce rival,

je souffre à cause de Toi, et je ne sais pas de remède.

(Ph.Q)

don’t pin your hopes on the wind, even if it conveys desire:
because this proverb is what the wind said to solomon.

regardless of what the heavens grant you- stay on the path;
who told you that this world has given up telling lies!

defend yourself from ancient despair with mature wine:
this is the fount of joy spoken of by the inspired bard!

(B. Gannett)

« Chasse donc le chagrin chronique, en buvant de ce bon vin vieux ! »

C’est le vieux seigneur qui l’explique : voilà le moyen d’être heureux !

Tu ne pourrais le nouer le vent, soufflerait-il selon tes vœux !

C’est ce qu’a dit à Salomon le vent lui-même, en parabole.

Si le ciel t’accorde un répit, il ne faut pas en être fier :

Comment sais-tu que ce vieux monde aurait renoncé à la guerre ?

(Monteil)

Ne te lie pas au vent même s’il souffle à ton gré,

tels sont les mots que le Vent dit à Salomon en image.

Par le sursis que le ciel t’accorda, ne te laisse pas abuser :

qui t’a dit que ce vieux magicien a renoncé à la ruse ?

Repoussez le chagrin ancien par le vin vieilli,

c’est la semence du bonheur, le sage propriétaire terrien l’a dit !

( Fouchécour)

« Ne suis pas le vent, même si tu en sens le désir »,

a dit le Vent à Salomon.

Quoi que le ciel te donne, reste dans ton chemin.

Qui a dit que le monde n’est pas trompeur ?

Noie ta longue douleur dans ce vin vieux,

cette source de joie, ce poète ancien.

(Ph.Q)

like a fortunate slave, don’t sigh a breath about why or what;
the lover takes to heart every word the beloved breathes!

who has said that hafez has repented of the thought of you?
i have not said this! the man who said this is a slanderer!

(B. Gannett)

Ne proteste donc contre rien, puisque tout esclave docile

Accepte de bon gré tout ce que lui dit son aimable maître.

Qui a dit : « Hafez a cessé de t’accorder une pensée ? »

Moi je n’ai jamais cela, et ce n’est qu’une calomnie.

(Monteil)

Ne souffle mot du comment et du pourquoi, le serviteur béni du sort

accepte de tout cœur toute parole dite parle Bien-Aimé !

Qui a dit que Hâfez a renoncé à se soucier de Toi ?

Moi je ne l’ai pas dit. Qui l’a dit l’a calomnié.

( Fouchécour)

« Quoi ? Pourquoi ? » Ne dis pas de tels mots, comme un amant comblé.

L’amour entend au cœur les paroles de l’Aimé.

Qui a dit que Dieu t’a oublié ?

Moi je n’ai jamais dit cela. C’est un mensonge.

(Ph.Q)


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s