Quatre vérités à propos de la crise mondiale. Vérité n°2

Une Europe purement Frontex n’a aucune chance de survivre dans un monde mondialisé. Pourquoi ? Parce que riche, vieille et malade, l’Europe aura de plus en plus besoin de nounous cap-verdiennes, de médecins éthiopiens, d’infirmières philippines, de maraîchers chinois, de cuisiniers vietnamiens, de vigiles sénégalais etc. (NB : Je ne veux blesser personne par cette énumération chaotique. Je ne propose là qu’un inventaire à la Prévert. On peut aisément mettre toutes les nationalités sur un papier dans un bocal et toutes les professions désertées par les Européens et agiter. Il en sortira la distribution qui semblera correcte). Autrement dit le sécuritaire ne réglera rien, sauf en apparence, pour la galerie des gogos. Il y a bien plus important. On se rappelle le slogan : « It’s the economy, stupid ». Mais il y a un petit problème. L’Europe est condamnée à errer, comme jadis Ulysse entre Charybde et Scylla, c’est-à-dire entre la récession économique et la crise financière.

La récession économique, on l’observe en ce moment. Elle est due à la politique déflationniste suivie ces dernières années. Cette politique soutenue contre tous chacals par Merkel et ses sbires du genre Juncker a deux groupes de bénéficiaires : 1) les riches prêteurs privés qui assurent le financement des « déficits publics » (et dont la rente est maximisée par le contrôle de l’inflation), et 2) les industriels allemands (et leurs alter ego européens) qui veulent exporter dans le monde leurs biens haut-de-gamme grâce à une politique sociale bas-de-gamme.

La crise financière, on l’a connu sous deux formes en 2008 puis en 2011 et 2012, et sous divers prétextes, que je ne vais pas rappeler ici, mais seulement résumer ainsi : 2008 est une crise de la rapacité, de la folie, de la stupidité des banques et des spéculateurs, complètements découplés du monde « réel ». (NB : Quand je dis stupidité, entendons-nous. Tous ces gens sont évidemment fort intelligents et bien plus malins que vous et moi, bien sûr. Leur stupidité est juste métaphysique. Mais ils s’en tirent très bien. Ils font financer par encore plus de crise publique les profits écoeurants qu’ils prélèvent dans la chair du monde).

2011-2012 est une crise encore plus caractéristique : c’est, à un premier niveau, une spéculation systémique contre les pays qui ont augmenté leurs déficits publics sous la pression des prêteurs-spéculateurs, mais à un deuxième niveau, c’est l’aveuglante révélation que le « système » a commencé de se dévorer lui-même. Simplement pour gagner quelques Porsches et Lamborghinis de bonus à la fin de l’année, ces gens-là sont prêts à faire péter tout le système!).

Revenons à Charybde et Scylla. La récession économique ou la crise financière. Il n’y a pas actuellement de troisième voie reconnue. Relancer l’inflation (ce qui semble, apparemment, peut-être, sans doute, la nouvelle option des Banques centrales) pour sortir du trou noir déflationniste (voulu et défendu par ces mêmes Banques, il y a peu), c’est donner une fois de plus, (avec une forte chance d’explosion terminale), aux traders fous, aux banquiers véreux, aux spéculateurs maffieux, le moyen de créer un ouragan dans le marigot mondial des produits dérivés. Garez vos tire-lires, les enfants !

Serrer la vis, façon Merkel, qui pense Deutschland über Alles, ou façon Juncker, l’archange gardien des paradis fiscaux, nous mènera à quoi ? Facile à prévoir : une pauvreté abjecte dans les rues, une désespérance corrosive, un effondrement lent, sûr et irréversible, vu le contexte mondial, de tous les acquis de l’après-2ème Guerre Mondiale.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s