L’Apocalypse, saison 1, épisode 3

Vingt et unième jour

Il y a le mystère du rassemblement des rois du monde entier au lieu-dit Harmagedôn (Ap. 16,16).

Il y a le mystère de la fuite des îles, de la disparition des montagnes et de la chute de grêlons de quatre-vingt livres (Ap. 16,20-21).

Il y a le mystère du nom inscrit sur le front de la femme, assise sur une bête écarlate : « Babylone la Grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. » (Ap. 17,5).

Il y a le mystère de la femme, de la Bête qui la porte, et des sept collines sur lesquelles elle est assise.(Ap. 17,7-9)

Il y a le mystère de la Bête qui est le huitième roi et l’un des sept cependant. (Ap. 17,11).

Il y a le mystère de la ruine de Babylone en une heure seulement (Ap. 18, 17).

Il y a le mystère de l’esprit de prophétie (Ap. 19,10).

Il y a le mystère du cavalier, dont le nom est « Fidèle » et « Vrai », et dont un nom est inscrit sur lui, mais qu’il est seul à connaître, et dont le nom est le Verbe de Dieu, et qui a aussi deux noms inscrits sur son manteau et sur sa cuisse : « Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (Ap. 19, 11-16)

Il y a le mystère de Satan jeté dans l’Abîme pour mille ans, puis relâché pour un peu de temps. (Ap. 20,3).

Il y a le mystère de la première résurrection qui dure mille années (Ap. 20, 6).

Il y a le mystère du jugement des nations, pendant lequel « on ouvrit des livres, puis un autre livre, celui de la vie ». (Ap. 20, 12)

Il y a le mystère de la « seconde mort », lorsque la Mort et l’Hadès furent jetés dans l’étang de feu. (Ap. 20, 14)

Il y a la vision d’un ciel nouveau, d’une terre nouvelle, et d’une Jérusalem nouvelle, « car l’ancien monde s’en est allé » (Ap. 21, 1-4)

Il y a le mystère de la nouvelle Jérusalem qui forme un cube d’or pur, transparent comme du cristal, qui a douze mille stades de côté (soit un cube d’environ quatre mille kilomètres d’arête). (Ap. 21, 16)

Il y a le mystère des arbres de Vie, qui fructifient une fois par mois, et dont les feuilles peuvent guérir les païens (Ap. 22, 2)

Il y a cette injonction : « Ne tiens pas secrètes les paroles prophétiques de ce livre, car le Temps est proche. »

Il y a enfin le mystère de « l’homme assoiffé, l’homme de désir » qui reçoit l’eau de la vie « gratuitement » (Ap. 22,17).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s