Hebrew Wind and Chinese Breath


« The earth was tohu and bohu, darkness covered the abyss, a wind of God (וְרוּחַ אֱלֹהִים , ruah Elohim) was moving over the waters.”i

Tohu means « astonishment, amazement » and bohu means « emptiness, loneliness », explains Rashi, who adds: « Man is seized with amazement and horror in the presence of emptiness.”

Man was amazed and horrified? But how could this be done? Man was only created on the 6th day, when the emptiness had already been partly filled by light, the firmament, the land and the seas, the light fixtures and a multitude of living beings. But this is not necessarily contradictory. It is inferred that Rashi is referring to the « astonishment and horror » that man felt long after the tohu and bohu were created, when man began to reflect on the origins.

However, this reflection has not ceased and is still relevant today.

So there are two kinds of men, if we follow the path indicated by Rashi. Those who feel « amazement and horror » when they think about the hustle and bustle of the origins, and those who are in no way moved by this kind of thinking.

Above the emptiness, above the abyss, above the bohu, « a wind of God » was moving. The word רוּחַ, ruah, is very ambivalent and can mean wind, breath, spirit, soul, depending on the context. Translating here as « a wind » as the Jerusalem Bible does seems to favour a more meteorological or geo-physical approach to these original times. This translation uses the indefinite article (« a wind ») which indicates a certain non-differentiation, a possible multiplicity of other « winds » that God would not have put into action.

The Bible of the French Rabbinate translates ruah Elohim as « the breath of God ». Rashi comments: « The throne of the Divine Majesty stood in the air and hovered on the surface of the waters by the sole force of the breath of the word of the Holy One, and by His order. Like a dove hovering over its nest.”

This comment by Rashi calls for another comment, – from my modest part.

To explain just one word, ruah, Rashi uses four more words. First an expression of three words: « the strength of the breath of the word » of the Holy One, blessed be He, and a fourth word that clarifies its meaning: « by His order ». To this are added two more images, that of the « Throne of the Divine Majesty », and a comparison of the ruah with « the dove hovering over its nest ». The « wind of God » hovering in front of the loneliness of the bohu is thus well surrounded.

It is generally one of the roles of the commentator to multiply the possible outbursts of meaning, and to make promises glimmer. It is apparent from Rashi’s commentary that not only was the ruah not alone in the beginning, but that it bore, so to speak, the Throne of God, in His Majesty, and that it was accompanied by His Word and His Order (i.e. His Power). A curious trinity, for a monotheism that claims to be pure of all kind of trinitarian idolatry.

Now let us change era, and air. Let’s go East.

The same idea of « original breath » is expressed in Chinese by the two caractères元气 , yuánqì. The two ideograms used are: 元 , yuán, origin and 气 , , breath.

The is the vital breath. It is the fundamental principle of life, which animates all beings. After death, the continues to live in the afterlife. The embodies the essence of a universe that is constantly changing. It constantly circulates and connects things and beings.

takes different forms. We can distinguish the original ( yuánqì,元气), the primordial (yuánqì 元氣), the prenatal (jīng 精), the of the mind and the of the soul (shén 神), etc.

Archaeological traces of the character have been found, engraved on turtle shells. It was originally represented by three horizontal bars, supposed to evoke steam or mist. The also appears on a jade jewel dating from the period of the Fighting Kingdoms (-403 to -256), in the form of the sinogram 炁 , composed of the radical 灬, which refers to fire (huǒ 火). During the Han Dynasty (from -206 to 220), is represented by a sinogram combining steam 气 and fire 火.

In the Song Dynasty (960 – 1279) the is represented by the sinogram 氣 which refers to the steam emanating from the cooking of rice. It is still used today, and illustrates the material and immaterial nature of the concept. Its key is the pictogram 气 () which represents a cloud.

The lower part of the sinogram is the pictogram 米 (), which represents grains of rice and means « rice ». The character 氣 expresses the idea of rice boiling in the pot.

The sinogram writes as a mixture, immaterial and ethereal (steam), dense and material (rice).

In Genesis, the movement of the divine breath precedes the separation of heaven and earth, and then the creation of living beings; in Chinese cosmology, too, the breath ( 气) precedes the separation of yin and yang, which is itself the origin of the « ten thousand beings » (wànwù 万物), that is to say all beings and indirectly the things that make up the world.

In Chinese thought, is at work in the reign of the living and in the mineral reign. For example, the veins of jade are considered to be organized by just like the veins of the human body. Chinese painting depicts the geological strata of mountains, which are one of the macro-cosmic manifestations of , and the aesthetics of a canvas depends on the capture of this breath.

nourishes thought and spiritual life and has a certain relationship with the divine shén 神, whose deep meaning is etymologically linked to the characters « to say » and « to show, to reveal ». The divine is not in the , that is to say, but the can be used by the divine.

The is ‘breath, wind’, the divine (shén) is ‘word, revelation’.

The divine is not in the ‘wind’ or the ‘breath’, it is in the ‘word’, – far from any materialism of cloudy emanations, or cooking vapors.

Throughout the ages, cultures and languages, the ancient metaphors of wind and breath still inspire us.

Energy comes from the world and brings it to life. But for the Hebrews and the Chinese, the divine is not of the world. The divine is not in the wind.

The Divine, or the Word, may be in the world, but they are not of the world…

iGen. 1,2

Le lézard et le divin


Dans le Fayan (« Maîtres Mots ») de Yang Xiong, écrit il y a deux mille ans, le chapitre intitulé « Questions sur le divin » commence laconiquement:

« La question porte sur le divin.

Le cœur.

Que voulez-vous dire ?

S’immergeant dans le ciel, il se fait ciel. S’immergeant dans la terre, il se fait terre. Le ciel et la terre sont clarté divine, insondables, et pourtant le cœur y plonge comme s’il allait les sonder. »i

Le divin est indéfinissable, inintelligible. Cependant, le cœur nen a cure. Il tente de s’en former une idée, par sa manière impétueuse et passionnée de le chercher. Il sait qu’il n’a aucune chance de le saisir dans son essence ou dans son existence, dans le ciel ou sur la terre. Pourtant il n’hésite pas, il se jette dans l’abîme sans fond, comme s’il pouvait en atteindre le fond.

Le cœur sait qu’il ne peut atteindre un fond qui est sans fond. Il se précipite dans le précipice, il s’engouffre dans le gouffre. Il se noie dans l’immense, et en devinant l’immense, il devient immense. Il s’immerge dans le ciel et saisit le ciel en lui, il entre dans la terre et tout en lui devient terre, il saute dans le mystère, et se métamorphose mystérieusement en mystère.

C’est seulement en plongeant dans l’abîme, qu’il découvre qu’il devient lui-même abîme, et que toujours il a été abîme, qu’il est même abîme, et le sera plus encore.

Tout savoir du divin commence avec le comme si cela était possible de savoir ce savoir. Le comme si emporte vers l’avant ou vers le fond la foi du cœur. Le comme si porte le cœur au-delà de ce qu’il est et au-delà de ce qu’il sait.

Pourquoi le cœur fait-il le pari du comme si?

Yang Xiong l’explique dans un commentaire du Tài Xuán Jīng (« Le canon du mystère suprême ») :

« Le cœur caché dans les profondeurs, beauté de la racine sacrée. Divination : le cœur caché dans les profondeurs, le divin n’est pas ailleurs. »ii

Style compact,  incomparable.

En chinois, « divin » se dit shén, . Ce mot ambigu signifie aussi âme, esprit, mystérieux, vivant, et même Dieu.

« Cœur » se dit xīn . Trois larmes autour d’une lame. Trois lunes sur la montagne. Trois dieux près d’un arbre.

Shén est xīn. Xīn est shén. Le cœur se noie dans le divin. Le divin se noie dans le cœur.

Cette idée est classique dans le confucianisme. Elle se trouve dans le Mengzi, qui cite Confucius, et Yang Xiong la reprend à son tour, sous cette forme :

« Le divin au cœur de l’homme ! Convoquez-le, il existe. Abandonnez-le, il disparaît. »iii

C’est l’idée, donc, que l‘homme saint fait exister le divin dans le monde, par son action. Il se tient à la frontière entre le ciel et l’homme. Participant des deux mondes, il en comble l’écart.

Une autre image encore.

« Le dragon se tord dans la boue. Le lézard y lézarde. Lézard, lézard, comment pourrais-tu comprendre l’aspiration du dragon ?

Le dragon doit-il avoir ce désir de s’élever dans le ciel ?

Quand il est temps de s’élever, il s’élève. Quand il est temps de plonger, il plonge. Il y a à la fois élévation et plongée. »iv

En matière de recherche, il ne faut pas lézarder.

iYang Xiong. Maîtres mots. Trad. Béatrice L’Haridon. Les Belles Lettres. Paris, 2010, Ch.5, 1, p.39

iiIbid. Note 1

iiiIbid. Ch5, 3, p.40

ivIbid. Ch5, 5, p.40

Moïse, Confucius et Platon vs. les neurosciences


 

Le dragon est empêtré dans la boue. Le lézard y lézarde. Comment le lézard pourrait-il comprendre l’aspiration du dragon ?

Le dragon est la métaphore de tout de à quoi nous aspirons, sans pouvoir le deviner seulement. Il est l’image du divin en nous.

« Le divin au cœur de l’homme ! Convoquez-le, il existe. Abandonnez-le, il disparaît. »i

C’est une très ancienne idée. On la trouve dans le Mengzi, qui s’appuie sur Confucius.

En chinois, « divin » se dit shén, . Ce mot peut aussi signifier âme, esprit, mystérieux, vivant, et sert à désigner Dieu. « Cœur » se dit xīn . Signe racine. Clé ancienne. Pour des yeux inéduqués : trois larmes autour d’une lame. Ou trois averses dans la montagne. Ou encore trois gouttes jaillissantes.

Le cœur est liquide. Il plonge dans le divin . Le divin nage, s’ébat dans le cœur.

L’homme a le pouvoir, en « convoquant » de faire « exister » . L’homme alors se tient à la frontière entre le ciel et la terre, et il peut en combler l’écart – selon le sage.

Yang Xiong, dans un style compact, incomparable, explique:

« La question porte sur le divin.

Le cœur.

Que voulez-vous dire ?

S’immergeant dans le ciel, il se fait ciel. S’immergeant dans la terre, il se fait terre. Le ciel et la terre sont clarté divine, insondables, et pourtant le cœur y plonge comme s’il allait les sonder. »ii

Qu’est-ce que le « cœur » ? demandera-t-on.

Un éclairage est donné par le Taixuan (« Grand Mystère »), dans un commentaire sur le tétragramme « Nourrir ». « Le cœur caché dans les profondeurs, beauté de la racine sacrée. Divination : le cœur caché dans les profondeurs, le divin n’est pas ailleurs. »iii

Tout ceci nous vient de temps anciens.

De nos jours, les neurosciences, qui se targuent de poser la question de l’origine de la conscience, parlent toujours du cerveau. Le cœur ne les intéresse pas. Et dans le cerveau, ce qui intéresse les neurosciences, c’est son « dedans », jamais son « dehors ».

« En travaillant sur le cerveau, j’ai découvert que la biologie contemporaine nous mettait au défi d’élaborer une nouvelle approche du sens qui ne rompe jamais avec la matière et ne propose ainsi, précisément, aucun dehors. »iv

Catherine Malabou se revendique comme une philosophe matérialiste, et s’affirme fièrement comme l’une des rares professionnelles de la « philosophie » à s’intéresser aux neurosciences. D’où un ton assertorique :

« Le cerveau est l’organe du sens puisque toute opération cognitive s’origine en lui. Je vise l’impossibilité de transgresser la matérialité biologique ».v

Cette impossibilité est totale, et elle entraîne en bonne logique « l’impossibilité de faire le partage entre vie biologique et vie spirituelle. »vi

L’inspiration des prophètes, le rêve de Jacob, les songes de Dante, le génie sombre des poètes, l’intuition foudroyante des plus grands savants, l’éclair fulgurant du créateur, tout cela, pour les neurosciences, ce ne sont que des artefacts biologiques, quelques synapses par hasard assemblées, transmettant des étincelles arbitraires, émanant de cellules neuronales, convenablement disposées.

Oui, oui, Dieu, l’art, l’amour, l’alpha et l’oméga, tout cela s’origine dans la « matérialité biologique » selon le nouveau catéchisme neuroscientifique.

Il faudra un jour réfuter ce nouveau dogme, par les armes mêmes de la recherche. Pour le moment contentons-nous d’évoquer, contre « l’impossibilité de transgresser la matérialité biologique », un autre paradigme : la possibilité de relier le cerveau, tous les cerveaux, au monde transcendantal, celui que des explorateurs comme Abraham, Moïse, Confucius, Platon, ont eu l’occasion d’entrapercevoir.

Cette hypothèse mérite qu’on l’étudie à fond. Elle a un nom : la « théorie de la transmission », proposée par William Jamesvii. Le cerveau n’est pas seulement un organe de production de la pensée. C’est également un organe de « transmission », par l’intermédiaire duquel nous sommes tous liés au monde transcendantal. Dans la théorie de la transmission, les idées n’ont pas nécessairement à être produites, elles existent déjà dans le monde transcendantal. Tout ce dont il est besoin pour les percevoir, c’est d’un abaissement inhabituel du seuil de sensibilité du cerveau, pour les laisser passer et advenir jusqu’à notre conscience.viii

De cela, retenons que le paradigme matérialiste, hyper-dominant de nos jours, dans les neurosciences, et dans les philosophies qui en reprennent aveuglément les idées-maîtresses, ne peut « fonctionner » que si le cerveau est scellé hermétiquement sur lui-même, et que rien ne lui parvient jamais du « dehors », que jamais la moindre idée, ni la moindre intuition, le moindre songe, la plus étrange vision, ne viennent interrompre les soliloques fomentés par ses myriades de synapses.

Mais d’autres paradigmes sont « possibles ».

Pour ma part, je crois que le cerveau « produit » en effet des pensées, mais qu’il reçoit aussi, venues d’ailleurs, faisant irruption du « dehors », des songes et des images, des fulgurations et des lueurs, des intuitions et des révélations.

C’est cela, je crois, qui fait de l’IA la plus grande aventure métaphysique de l’humanité. L’IA, ce sont les caravelles de Colomb, qui vont nous permettre, par défaut, en les manquant décidément, de découvrir de nouvelles Indes, une autre Amérique, un monde inouï, non biologique, accessible au cerveau sur-sensible seulement, un monde immense que seul le cœur pressent.

iCité par Yang Xiong , Fayan (« Maîtres Mots »). Chapitre 5, « Questions sur le divin ».

iiYang Xiong , Fayan (« Maîtres Mots »). Chapitre 5, « Questions sur le divin ».

iiiTaixuan, 太玄 (« Grand Mystère ») par Yang Xiong (53 av. J.-C., 18 ap. J.-C.).

ivCatherine Malabou. Que faire de notre cerveau ? Bayard, Paris 2011, p.31

vIbid.p.31

viIbid.p.33

viiWilliam James. Human Immortality : Two Supposed Objections to the Doctrine. The Ingersoll Lecture, 1897

viiiIbid. « On the transmission-theory, they [the ideas] don’t have to be ‘produced,’ — they exist ready-made in the transcendental world, and all that is needed is an abnormal lowering of the brain-threshold to let them through. »