Maghreb مغرب

L’un des mots de la langue arabe que je préfère est le verbe  غرب, qui forme le radical du mot Maghreb, مغرب .

Ce verbe riche signifie partir, s’en aller. Mais aussi disparaître, se cacher. Ou encore se coucher (se dit du soleil ou de la lune). Ou encore être long à venir. Et aussi être dans l’allégresse. Parfois il signifie venir de l’étranger, arriver du côté de l’occident.

Dans une autre série de variations (basées sur un autre « nom d’action ») il signifie être très noir, ou être atteint de maladie, ou être mince, ou encore quitter son pays. Et aussi être étrange, ou obscur et difficile à comprendre.

Dans ses formes dérivées (obtenues par de légères modifications du radical trilittère), il signifie entre autres, se rendre dans les pays situés à l’occident, vivre à l’étranger, loin de sa patrie, mais aussi faire quelque chose d’extraordinaire, d’insolite, ou engendrer des fils au teint blanc. Il peut aussi vouloir dire ramasser de la neige ou du givre et en manger. Dans sa 4ème forme dérivée,  il signifie partir pour des pays occidentaux, devenir étranger à son pays, mais aussi être extraordinaire, pousser quelque chose à l’excès. Au passif, il signifie alors, avoir une grande tache blanche qui s’étend jusqu’aux yeux, être victime d’un crime ou d’un méfait inouï, étrange. Dans sa 8ème forme, il signifie prendre une femme étrangère pour épouse. Dans sa 10ème forme, il signifie dire des choses étranges, pousser quelque chose à l’excès, être désorienté, et au passif, rire d’une manière excessive.

 

Les noms d’actions attachés à ce verbe sont nombreux et ont plusieurs sens, poétiquement divers. Par exemple, émigration, absence, mais aussi bout de la langue, ou encore tranchant d’un cimeterre (à l’endroit où il commence à être recourbé). Ou encore, le commencement de la course rapide d’un cheval, ou la fougue du jeune âge. Ou encore le couchant, l’ouest, mais aussi le torrent abondant de larmes, ou une grande outre à eau, ou encore une pustule ou une tumeur à l’œil. Il peut aussi vouloir dire la flèche décochée par un archer invisible, ou une sorte d’arbre énorme à épines, qui croît dans le Hedjaz, ou un Saule de Babylone.

Ou encore l’argent. Ou l’odeur de la boue. Ou la teinte bleue des yeux (chez le cheval). Ou la blancheur des cils.

 

Je n’ai pas la place ici pour énumérer quelques autres nuances significatives. Que l’on me permette simplement d’évoquer l’une de ses formes substantivées, qui signifie un oiseau fabuleux, capable d’enlever un éléphant. Cet oiseau vivait une vie de deux mille ans. Il avait une face humaine, et réunissait en lui les plumages des plus beaux oiseaux. L’espèce en est éteinte.

 

 

 

Bibliographie. Dictionnaire arabe-français. A de Biberstein Kazimirki. 1860

Une réflexion sur “Maghreb مغرب

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.